Tensions pédiatriques : déclinaison en Île-de-France du plan ORSAN

Communiqué de presse

Après l’annonce par le ministre de la santé et de la prévention, le 9 novembre 2022, de l’activation du plan ORSAN EPICLIM, l’Agence a réuni le 10 novembre l’ensemble des acteurs du système de soin francilien pour faire le point sur les mesures déjà mises en place et sur les actions complémentaires envisagées.

La directrice générale, lors de cet échange, a salué l’implication et la mobilisation de tous. Elle a aussi rappelé que « les équipes de l’Agence restent à l’écoute des acteurs, à chaque instant, pour les soutenir concrètement et prendre les décisions qui s’avéreraient nécessaires ».

Le déclenchement du Plan ORSAN EPICLIM pour garantir une réponse coordonnée sur chaque territoire

Afin de structurer la réponse du système de santé dans un contexte épidémique désormais national, François BRAUN, ministre de la Santé et de la Prévention, a annoncé l’activation du plan ORSAN EPI-CLIM. Ce dispositif définit le cadre de l’organisation de la réponse du système de santé lors de la survenue d’un évènement exceptionnel ou d’une situation de tension. Décliné dans son volet « Épidémies saisonnières et événements climatiques », l’activation d’ORSAN va permettre de renforcer la capacité des autorités sanitaires à garantir une réponse coordonnée sur chaque territoire. Ce Plan se décline au niveau régional, sous l’autorité des Agences régionales de santé.

L’ARS Île-de-France renforce le plan d’actions pour faire face à ces tensions et soutenir les équipes hospitalières

La réunion du 10 novembre a permis de partager le constat d’une relative stabilisation de l’épidémie de bronchiolite à un pallier haut depuis quelques jours, la situation restant très évolutive et sous surveillance.

Elle a également été l’occasion de constater la montée en puissance progressive du soutien de la médecine de ville aux hôpitaux avec le renforcement des permanences des soins ambulatoires, qui permettent d’orienter chaque appelant vers la juste prestation médicale que son état requiert. Le développement des services d’accès aux soins (SAS) qui permettent d’organiser la coordination des acteurs de santé de l’hôpital et de la ville d’un même territoire pour accroître l’offre de soins non programmés. Le développement la réorientation au sein des urgences vers la médecine de ville.

La DG ARS a demandé à chaque établissement de santé francilien de déclencher son plan de mobilisation interne (ex « plan hôpital en tensions ») à ceux (minoritaires) qui ne l’avaient pas encore fait. Elle a également demandé à chacun de préparer des plans de montée en puissance capacitaire complémentaires pour être prêts si nécessaire le moment venu.

Il a été indiqué qu’il est désormais possible de mobiliser, de manière proportionnée, les associations de sécurité civile en soutien des équipes hospitalières, ce qui est déjà effectif dans plusieurs départements, notamment dans les SAU. Les professionnels de la protection maternelle et infantile (PMI) vont aussi être mobilisés là où cela est possible pour venir en renfort des équipes pédiatriques.

Renforcer la solidarité territoriale entre les établissements de santé franciliens et communiquer largement auprès du grand public, des professionnels et des parents pour que le recours aux urgences pédiatriques soit réservé aux situations qui le requièrent. Informations et supports de communication à retrouver sur le site de l’Agence : https://www.iledefrance.ars.sante.fr/pour-mon-enfant-face-lurgence-jadopte-les-bons-reflexes. L’Agence tient aussi à souligner l’importance de maintenir les gestes barrières qui permettent de limiter la transmission des infections virales saisonnières notamment pour les nourrissons et leur entourage : se laver les mains, porter un masque lorsque cela est nécessaire (lieux clos, lieux très fréquentés…) et aérer régulièrement les pièces.

Aller plus loin

Contact

Contacts presse
Alizée Feauveaux – alizee.feauveaux@ars.sante.fr
Eléonore Duveau – eleonore.duveau@ars.sante.fr