La santé avance en Île-de-France

Renforcer les coopérations entre les professionnels

Article
Visuel
Maison de santé
CPTS, centres de santé, maisons de santé pluri-professionnelles, lutte contre la pénurie de médecins dans les zones « sous-denses » ou encore postes partagés : l’ARS multiplie les initiatives pour améliorer l’accès aux soins des Franciliens.
Corps de texte

Décloisonner le système de santé : les Communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS)

La Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) constitue un cadre de coopération des acteurs de santé à l’échelle d’un territoire. En Île-de-France, l’ARS encourage et finance les projets de CPTS en lien étroit avec l’Assurance maladie.

En savoir plus

 

Encourager la collaboration entre professionnels de la santé autour de projets communs

Les centres de santé 

L’ARS Île-de-France favorise la création, le développement et l’accompagnement des centres de santé, tout en encourageant leur développement et en les soutenant sur les plans méthodologique et financier.  Grâce à ce soutien, la région Île-de-France comptabilise en juin 2019 près de 567 centres suivis par l’Agence, en lien avec ses partenaires.

Les maisons de santé pluri-professionnelles (MSP)

L’ARS Île-de-France s’emploie à faciliter l’évolution de l’organisation ambulatoire vers un statut de maison de santé pluri-professionnelle, en mettant en œuvre des outils d’accompagnement des professionnels sur 3 volets :

  • réalisation d’une étude de faisabilité
  • versement d’une aide au démarrage de la structure
  • versement d’une aide à l’investissement immobilier

En juin 2019, la région Île-de-France dénombre une centaine de MSP en fonctionnement.

Le protocole ARS-URPS des médecins libéraux

La situation délicate du territoire francilien en matière de démographie médicale est aggravée par le coût de l’immobilier et des charges qui constituent un frein à l’installation voire au maintien de l’offre médicale libérale existante. L’ARS et l’URPS ont signé un protocole d’accord en 2017 qui a pour vocation d’innover dans l’accompagnement des structures collectives (MSP ou cabinets de groupe), notamment sur le plan de l’investissement immobilier (investissement foncier, aménagement et mise aux normes des structures…) et de l’accompagnement des structures en difficulté.

En savoir plus

 

Lutter contre le manque de médecins dans les zones « sous-denses » : recrutement possible d’au moins 67 médecins depuis 2019.

Il s’agit ici de recruter des médecins généralistes sur les territoires fragiles, dits « sous-denses », afin de renforcer l’accès aux soins des citoyens. Les territoires concernés sont les Zones d’Intervention Prioritaire (ZIP), les Zones d’Action Complémentaire (ZAC) ainsi que les Quartiers Prioritaires de la politique de la ville.

En savoir plus

 

Développer les postes partagés

L’ARS soutient l’exercice médical partagé par le financement de nombreux postes. L’ARS encourage également l’émergence des solutions nouvelles qui encouragent la mixité des exercices et la mobilité des professionnels.

Postes partagés entre établissements de santé

Deux appels à projets ont été lancés concernant les Assistants Spécialisés Partagés et les Assistants Partagés de Recherche clinique. Ils s’inscrivent dans une volonté d’offrir une meilleure coopération entre les professionnels et les établissements de santé. Le premier se concentre notamment sur une consolidation des équipes médicales pour faciliter une meilleure répartition territoriale des médecins hospitaliers. Le second accompagne cette dynamique en visant à mieux accompagner les établissements de santé dans leur activité de recherche.

Postes partagés entre ville et Université

Cet appel à projet a pour objectif de soutenir la médecine générale en renforçant la filière universitaire par la formation de nouveaux maitres de stages universitaires en ambulatoire.

Postes partagés entre ville et hôpital

Deux appels à projets concernent les médecins spécialistes et les médecins généralistes  exerçant en partagé entre la ville et l’hôpital. Le troisième appel à projet soutient la création de postes de médecins généralistes salariés. Ils s’inscrivent dans une dynamique globale de renforcement du lien entre la ville et l’hôpital afin d’offrir un meilleur accès aux soins sur le territoire.