La santé avance en Île-de-France

Adapter la formation et les métiers

Article
Visuel
médecin internat
L’ARS soutient les nouvelles pratiques et les organisations professionnelles, ainsi que la création de nouveaux métiers répondant mieux aux besoins de santé des populations.
Corps de texte

Promouvoir le service sanitaire, pour mieux former les étudiants aux enjeux de la prévention

Ma Santé 2022 met en son cœur l’ambition d’intégrer la prévention à tous les cursus et de favoriser l’interdisciplinarité. Le service sanitaire, déclenché dès la rentrée 2018, en est l’exemple. L’ouverture sur la connaissance des autres métiers et des environnements de travail répond à la nécessité d’un exercice décloisonné entre établissements de santé, structures ambulatoires et médico-sociales.

Depuis 2019, le service sanitaire concerne toutes les formations de santé, soit 50 000 étudiants par an environ. Représentant 6 semaines de formation théorique et pratique, il est intégré aux maquettes de formation.

L’ARS Île-de-France a créé une plateforme de mise en relation des offreurs et des étudiants, dès septembre 2018. L’Agence a travaillé en lien étroit avec les acteurs du territoire : rectorats, Instituts de formation universitaire, représentants des étudiants…

En savoir plus

 

Déployer des protocoles de coopération entre professionnels de santé

Ce dispositif permet à des professionnels de santé de s’engager à leur initiative dans une démarche de coopération, dans le but d’opérer entre eux des transferts d’activités ou d’actes de soins ou de réorganiser leurs modes d’intervention auprès du patient.

46 protocoles de coopération entre professionnels de santé sont autorisés en Île-de-France (juin 2019). Ils portent tant sur des actes techniques, comme la réalisation d’échographie par des manipulateurs en électroradiologie médicale, que sur des prises en charge complexes, comme le suivi de patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou celui des patients traités par anticancéreux oraux.

En savoir plus : Répertoire des protocoles de coopération entre professionnels de santé, juillet 2019

 

Déployer la pratique avancée infirmière et l’élargir à d’autres professions

Lancée en 2018 avec l’exercice infirmier, cette forme moderne d’exercice permet à des professionnels paramédicaux de se voir reconnaître des compétences relevant réglementairement des médecins. Elle est progressivement élargie à d’autres professions, dont la psychiatrie depuis 2019.

Les infirmiers en pratique avancée peuvent

  • suivre de manière régulière des patients (avec leur accord) confiés par un médecin de l’équipe de soins au sein de laquelle ils exerceront,
  • leur prescrire des examens complémentaires,
  • demander des actes de suivi et de prévention et
  • renouveler ou adapter certaines prescriptions médicales. 

Un nouveau diplôme d’état reconnu au grade de master est délivré à l’issue d’une formation universitaire de deux ans, dans des universités accréditées. La pratique avancée sera reconnue statutairement pour les professionnels exerçant à l’hôpital public et prise en compte dans le cadre des négociations conventionnelles pour ceux exerçant en libéral.

L’ARS Île-de-France a lancé un appel à candidatures en mai 2019 afin de soutenir financièrement la formation dispensée dans les universités accréditées, pour l’année universitaire 2019 -2020.

En savoir plus

Aller plus loin

Le saviez-vous ?

Le plan « Ma Santé 2022 » prévoit de supprimer à la rentrée 2020 le numerus clausus afin de diversifier les profils des futurs praticiens et de former le nombre nécessaire de professionnels, au plus près des besoins des territoires.

Le plan gouvernemental introduit également des passerelles entre les formations des professionnels. Ainsi, les étudiants auront la possibilité d’intégrer le cursus des études en santé directement en 2e ou 3e année ou se réorienter plus facilement vers d’autres filières.