La santé avance en Île-de-France

Prévention de la radicalisation

Article
Une instruction de 2016 fixe un cadre d'intervention aux agences régionales de santé (ARS) pour lutter contre les phénomènes de radicalisation.
Corps de texte

Radicalisation et santé

  • La radicalisation n’est pas une pathologie mentale identifiée. Le lien entre radicalisation et santé mentale n’est pas prouvé scientifiquement à ce stade
  • Dans la problématique de la radicalisation, trois dimensions relèvent du champ de la santé :
    • la prévention : le lien santé se faisant en particulier avec le secteur social
    • les prises en charge psychiatrique et /ou psychologique
    • l’accompagnement des familles sur le plan psychologique
  • Il n’y a pas de dispositions spécifiques liées à la radicalisation qui dérogeraient au secret professionnel

Cadre d'intervention des ARS dans la prévention et la prise en charge des phénomènes de radicalisation (instruction du 08/01/2016)

  • Sensibiliser et informer les professionnels et établissements sur les dispositifs mis en place pour la prévention de la radicalisation
  • Informer les cellules départementales de suivi sur l’offre existante en santé mentale (cartographie des dispositifs de prise en charge médicaux et médico-sociaux)
  • Organiser l’interface entre les services préfectoraux et les structures ou professionnels de santé mentale
  • Rappeler les droits et obligations concernant le respect du secret médical et les dérogations possibles
  • Diffuser le numéro vert du centre national d'assistance et de prévention de la radicalisation aux établissements de santé

Modalités de déclinaison de la stratégie territoriale des ARS dans la prévention et la prise en charge des phénomènes de radicalisation (instruction du 02/12/2016)

  • Organiser les réseaux territoriaux à partir des référents régionaux et des référents départementaux
  • Affiner la cartographie des ressources territoriales pouvant répondre aux besoins des préfectures
  • Organiser chaque année une session régionale de sensibilisation à la prévention de la radicalisation
  • Jouer un rôle d’interface dans le cadre des études et de la recherche appliquée
  • Participer aux dispositifs de prévention en respectant le secret professionnel

 

Aller plus loin

Qu'est-ce que la radicalisation ?

La radicalisation est un changement de comportement qui peut conduire certaines personnes à l’extrémisme et au terrorisme. Il concerne le plus souvent des adolescents et des jeunes adultes en situation d’isolement et/ou de rupture. Il touche également des jeunes parfaitement insérés, mais vulnérables.

Le but des actions de prévention est d’éviter l’endoctrinement et le basculement dans une phase de recrutement et/ou de passage à des actes violents.

Le processus de radicalisation n’est pas toujours visible mais il se traduit souvent par une rupture rapide et un changement dans les habitudes de la personne.

La thématique radicalisation représente un sujet relativement nouveau en santé. Il éveille un intérêt et des postures particuliers tant à l’ARS que chez nos partenaires. Le rôle de l’Agence est de sensibiliser et informer les professionnels et établissements sur le rôle qu’ils pourraient être amenés à jouer pour la prise en charge médicale ou le soutien psychologique des individus radicalisés, en voie de radicalisation, ou leurs familles.

Mots clés