Maladie de Lyme

Article
photo d'une tique porteuse de la bactérie à l'origine de la maladie de lyme
Droits Sarah Bonnet (INRAE)

La maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme) est une maladie infectieuse, non contagieuse, transmise par les tiques, essentiellement en forêt et en zone humide. Retrouvez des infos sur la prise en charge de cette maladie et les centres de référence présents en Île-de-France.

Qu’est-ce que la maladie de Lyme ?

La borréliose de Lyme est la plus fréquente des infections transmises par les tiques en France. 

La transmission se fait lors d’une piqûre de tique infectée par une bactérie du complexe Borrelia burgdorferi sensu lato. Le risque de transmission de la bactérie augmente proportionnellement avec la durée de contact entre la tique et la peau. 

La majorité des cas se manifeste sous forme d’érythème migrant (rougeur circulaire d’évolution progressive à l’endroit de la piqûre). 

Une maladie encore mal diagnostiquée 

Un certain nombre de patients présente des manifestations tardives disséminées ne répondant pas au traitement de la borréliose de Lyme. Certains de ces patients porteurs de manifestations complexes font l’objet d’errance diagnostique qui peut nuire à leur prise en charge rapide et à leur qualité de vie. Peu de données concernant ces patients sont actuellement disponibles et l’état des connaissances sur les différentes formes de maladies vectorielles à tiques est insuffisant.

Il est important de pouvoir proposer à ces patients une prise en charge spécialisée par une équipe pluridisciplinaire et pluriprofessionnelle pour une démarche diagnostique et thérapeutique rationnelle basée sur une analyse clinique et des examens complémentaires adaptés. 

Quelle organisation pour la prise en charge des maladies vectorielles à tiques (MVT) en France ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les autres maladies transmissibles par les tiques, trois niveaux de prise en charge sont prévus pour répondre à la complexité des situations :

  • Un premier niveau de proximité assuré par la médecine de ville :

Le médecin traitant constitue l’axe essentiel et indispensable de la démarche de diagnostic. Il interagit de manière indispensable avec les autres spécialistes (ex. dermatologue, infectiologue, rhumatologue, neurologue, gynécologue-obstétricien, pédiatre).

  • Le niveau de recours régional assuré par les centres de compétence hospitaliers pour les « cas complexes » (CC MVT) :

Les centres de compétence pour les maladies vectorielles à tiques (CC MVT) accueillent les patients présentant des symptômes attribués à une maladie transmise par les tiques, dont la prise en charge par le niveau de proximité n’a pas permis d’obtenir de résultats satisfaisants.
Les centres de compétence hospitaliers pour la prise en charge des maladies vectorielles à tiques sont portés par des établissements de santé qui regroupent des compétences pluridisciplinaires, notamment infectiologue, neurologue, rhumatologue, dermatologue, interniste, spécialiste de la douleur, microbiologiste… Les centres s’organisent autour d’une équipe médicale hospitalière spécialisée. Ils sont dotés d’une organisation et d’équipements permettant l’accueil et la prise en charge des patients. Ils collaborent étroitement avec la communauté médicale de proximité.

  • Le niveau de recours interrégional assuré par les centres de référence hospitaliers (CR MVT). 

Les centres de référence pour les maladies vectorielles à tiques (CR MVT) organisent et mettent en œuvre la recherche clinique, la formation et apportent leur expertise aux CC MVT de leur territoire. Ils organisent la prise en charge des « cas très complexes ». Les CR MVT ont la mission d’animer le réseau des CC MVT sous leur périmètre de responsabilité. Ils sont labellisés par le ministère chargé de la santé valable durant 5 ans à l’issue d’une délibération par un jury indépendant, composé de représentants de l’INSERM, de France Assos Santé, de Santé Publique France, de la Fédération des spécialités médicales (FSM) et de la Fédération hospitalière de France. On compte actuellement 5 centres labellisés en France.

Quels sont les centres identifiés pour la prise en charge des MVT en Île-de-France ?

Les centres de compétence hospitaliers pour la prise en charge des maladies vectorielles à tiques sont rattachés au centre de référence hospitalier, le centre hospitalier intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges associé au CHU de Créteil.
Il couvre les régions Île-de-France et Haut-de-France.