Bronchiolite

Article
Epidémie de bronchiolite
© Adobe Stock

Cette année les indicateurs montrent un démarrage plus rapide et plus précoce de la circulation du virus de la bronchiolite par rapport aux années précédentes et la région francilienne est passée en phase épidémique le 14 octobre dernier. L’Agence se mobilise pour y faire face notamment en relayant les messages de prévention et le rappel des gestes barrières auprès de l'entourage des nourrissons.

La prévention

La bronchiolite est une infection virale respiratoire aiguë qui atteint les nourrissons. D’une durée de 10 jours en moyenne, elle est d'évolution en général bénigne, mais les deux premiers jours nécessitent une surveillance importante du nourrisson.

Parents, frères et soeurs, proches...les gestes barrière contribuent très efficacement à  diminuer la transmission du virus à l’origine de la bronchiolite. Protégez votre nourrisson :

  • En vous lavant les mains pendant 30 secondes, avec de l’eau et du savon avant et après un change et avant tétées, biberons, câlins, etc.
  • ou en utilisant une solution hydro-alcoolique s’il n’est pas possible de vous laver les mains.
  • En ouvrant les fenêtres de la pièce où votre enfant dort au moins 10 minutes par jour pour aérer.
  • En évitant, quand cela est possible, d’emmener votre enfant dans les endroits publics confinés (transports en commun, centres commerciaux, etc.) où il risquerait d’être en contact avec des personnes enrhumées.
  • En ne partageant pas les biberons, sucettes ou couverts non lavés avec d’autres enfants.
  • En lavant régulièrement jouets et “doudous”.
  • En ne fumant pas à côté des bébés et des enfants.

Et, si l’on est soi-même enrhumé :

  • Se couvrir la bouche, quand on tousse ou éternue, avec le coude ou la manche.
  • Porter un masque quand on s’occupe d’un nourrisson.
  • Éviter d’embrasser le bébé sur le visage et sur les mains.

Si votre enfant est malade et que vous souhaitez consulter, prévenez votre médecin avant de vous rendre dans sa salle d’attente, afin d’éviter de contaminer d’autres enfants.

Retrouvez davantage d'informations sur les pages du site Améli sur la bronchiolite (nouvelle fenêtre) et les gestes barrières (nouvelle fenêtre).

L’épidémie

La bronchiolite sévit sous forme d’épidémies en automne dès le mois d'octobre et en hiver. Elle atteint fréquemment les nourrissons de 2 à 8 mois. Chaque année en France, 30 % des nourrissons de moins de deux ans sont atteints.

A l’heure actuelle, les gestes barrière sont d’autant plus importants que les indicateurs produits par Santé publique France (nouvelle fenêtre), cette année, montrent un démarrage plus rapide et plus précoce de la circulation du virus de la bronchiolite par rapport aux années précédentes. C’est pourquoi, la région francilienne est passée en phase épidémique et l’ARS Île-de-France a réactivé ses cellules de crise pédiatriques et appelle à la vigilance.

En savoir plus sur la bronchiolite 

La bronchiolite aiguë : une maladie virale du nourrisson

La bronchiolite est une infection virale respiratoire aiguë atteignant les bronchioles (petites bronches). Elle est due le plus souvent au Virus Respiratoire Syncytial (VRS). Le virus provoque une inflammation des parois des bronchioles (les plus petites bronches) et une augmentation des sécrétions responsables d’un phénomène d’obstruction.

La bronchiolite atteint les nourrissons et se caractérise par un épisode de gêne respiratoire dont les signes sont une toux et une respiration rapide et sifflante.

Les modes de transmission et les symptômes

Les adultes et les grands enfants qui sont porteurs du VRSn’ont habituellement aucun signe ou ont un simple rhume.Ainsi, beaucoup de personnes transportent le virus et sont contagieuses sans le savoir.

La bronchiolite : une maladie très contagieuse 

Le virus présent dans la salive et les sécrétions du nez est transmis directement de personne à personne, par les sécrétions bronchiques (éternuements, postillons, toux, mouchage...) ou un contact entre personnes (baiser).

Les signes

La bronchiolite débute par un simple rhume (nez bouché ou qui coule) et l’enfant tousse un peu. Puis, la toux est plus fréquente, la respiration peut devenir sifflante.

L’enfant peut être gêné pour respirer et avoir du mal à manger et à dormir. Il peut avoir de la fièvre.

Dans la majorité des cas, la bronchiolite guérit spontanément au bout de 5 à 10 jours mais la toux peut persister pendant 2 à 4 semaines.

En cas de signes de bronchiolite, il faut rapidement contacter un médecin qui confirmera le diagnostic.

L’enjeu pour les établissements de santé

L'ARS Île-de-France a décidé de réactiver les cellules de crise et de mettre en place une organisation commune qui permettra d’assurer une régulation des lits de réanimation pédiatrique sur l’ensemble du territoire ainsi qu’une vigilance sur l'ensemble de la filière de prise en charge des enfants qui est impactée aujourd'hui. 

Cela comprend, en partie, la désignation d’un directeur médical de crise pédiatrie au sein de chaque établissement ainsi qu’un référent administratif qui serviront de relais, la constitution d’un groupe d’experts, et la mise en place d’une TASK FORCE au sein de l’ARS Île-de-France en lien avec l’AP-HP. Une démarche vers la médecine de ville sera également lancée afin qu’elle prenne place dans cette organisation.

L’ARS Île-de-France est particulièrement attentive aux besoins en renforts RH et matériel et reste à disposition de l’ensemble des établissements de santé pour les identifier et pour venir en appui.