La santé avance en Île-de-France

VIH : Paris et l'ARS annoncent une baisse de 16 % des nouveaux diagnostics entre 2015 et 2018

Communiqué de presse
Santé publique
Visuel
Communiqué de presse
A l’occasion de la première Conférence des villes engagées pour mettre fin au sida Fast Track Cities 2019, la Ville de Paris et l’Agence régionale de santé Île-de-France, sur la base des données produites par Santé publique France, annoncent une baisse importante des découvertes de séropositivité dans la capitale.
Corps de texte

Le 1er décembre 2014, la Ville de Paris et ses partenaires ONUSIDA, UN-Habitat et IAPAC lançaient l’initiative des villes pour mettre fin au sida d’ici 2030. Du 9 au 11 septembre 2019, les 250 villes signataires de cette Déclaration de Paris se réunissent à Londres pour évaluer et débattre des progrès accomplis en cinq ans.

La stratégie Vers Paris sans sida, adoptée début 2016, a permis de remobiliser les acteurs de la lutte contre l’épidémie à Paris pour augmenter la couverture du dépistage du VIH, faire connaître les nouveaux outils de la prévention diversifiée notamment la PrEP et promouvoir une approche inclusive des sexualités et des populations les plus touchées.

Une baisse de 16 % des nouveaux diagnostics d‘infection à VIH entre 2015 et 2018, principalement chez les hommes gays ou bisexuels

En 2018, 906 Parisien·ne·s ont appris leur séropositivité, contre 1078 en 2015, soit un recul de 16 %. Cette baisse est particulièrement marquée chez les hommes ayant des rapports sexuels entre hommes (HSH, -22 %), qui représentent 45 % des nouveaux cas en 2018, et parmi eux chez les HSH nés en France (-28 %).

Ces résultats encourageants sont à mettre en relation avec une augmentation du dépistage sur les deux dernières années : le nombre de sérologies VIH réalisées à Paris est passé de 485 000 en 2016, année la plus basse depuis 2011, à 534 000 en 2018 (+10 %).

La contribution de Paris à la lutte contre l’épidémie de VIH en France est fondamentale car la capitale concentre une part disproportionnée des découvertes de séropositivité, avec un taux par million d’habitants 7 fois supérieur à la moyenne métropolitaine hors Île-de-France.

Dépistage et PrEP, leviers majeurs de la réduction de l’épidémie VIH

La baisse des découvertes de séropositivité peut s’expliquer par :

  1. Le déploiement de la PrEP dans la communauté gay parisienne. Le traitement préventif du VIH, autorisé et remboursé en France depuis mars 2016, a été rapidement adopté par les HSH parisiens et en premier lieu par les hommes les plus exposés, comme le montre l’étude ANRS Prevenir. La PrEP contribue à accroître la fréquence du dépistage dans cette population (bilan trimestriel recommandé, incluant le dépistage et le traitement des autres infections sexuellement transmissibles) et à réduire l’incidence (nouvelles contaminations) en protégeant efficacement contre l’acquisition du VIH.
  2. L’augmentation de la couverture du dépistage, qui a pu contribuer à une érosion du nombre de personnes ignorant leur séropositivité grâce à un diagnostic et une entrée dans les soins plus précoces, les traitements antirétroviraux permettant de rétablir rapidement l’espérance de vie en bonne santé des personnes séropositives et d’empêcher la transmission du virus à leurs partenaires. Cette tendance devra être confirmée par une réévaluation de la taille de l’épidémie non diagnostiquée et des délais entre contamination et diagnostic pour 2018.

L’impact de la dynamique #PARISSANSSIDA

Depuis 2016, la Ville de Paris et l’Agence régionale de santé (ARS) animent ensemble le comité stratégique #PARISSANSSIDA qui réunit une cinquantaine d’acteurs locaux engagés dans la riposte à l’épidémie : cliniciens, chercheurs, associations et représentants des populations clés.

Sous l’impulsion de ce comité, la Ville de Paris,  l’association éponyme Vers Paris sans sida et l’ARS se sont mobilisées pour :

  • Accélérer la création de 15 consultations PrEP gratuites.
  • Doubler la capacité de dépistage des associations intervenant auprès des diasporas afro-caribéennes, et particulièrement des jeunes HSH afro-descendants et des réfugiés et demandeurs d’asile LGBT.
  • Renforcer l’offre des centres de santé sexuelle comme Le 190, le Checkpoint-Paris et l’Hôtel Dieu.
  • Délivrer gratuitement 30.000 autotests de dépistage du VIH et 300.000 préservatifs.
  • Créer des parcours de santé adaptés pour les personnes trans et leur entourage.
  • Coordonner sur le territoire parisien les CeGIDD (Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic) mis en place par l’ARS dans l’ensemble de la région.

Parallèlement, Vers Paris sans sida a été à l’avant-garde d’une communication renouvelée et décomplexée sur la santé sexuelle et les nouvelles solutions de protection contre le VIH. Derrière le slogan « Faisons de Paris la ville de l’amour sans sida » lancé en juin 2017, l’association a développé un ensemble de contenus multimédia très ciblés, adaptés aux codes culturels des différents groupes les plus concernés par le VIH, qui prolongent et entretiennent localement les campagnes nationales.

L’Agence régionale de santé a adopté en 2018 une feuille de route VIH qui définit, à l’échelle régionale, les principales actions dans le champ de l’extension du dépistage, de la diversification de la prévention, et de l’amélioration de la prise en charge et l’accompagnement des personnes. C’est dans le cadre de cette feuille de route qu’elle a délégué des crédits spécifiques dédiés à la PrEP. L’ARS finance la lutte contre le sida à Paris à hauteur de plus de 16,5 millions d’euros, dont 6,8 pour les CeGIDD.

Aller plus loin

Mots clés