La santé avance en Île-de-France

Promotion de la santé mentale et du bien-être du jeune enfant (0-3 ans) en IDF

Appel à projets / candidatures / manifestation d'intérêt
Environnement, santé publique et prévention
Statut
En cours
Accroche
Dans le cadre du déploiement des actions de la priorité thématique santé mentale du Programme régional de santé 2018-2022, l’Agence Régionale de Santé Île-de-France accompagne techniquement et participe au financement de programmes de promotion de la santé mentale et du bien-être du jeune enfant (0-3 ans) sur la région.
Corps de texte

Contexte

L’Agence Régionale de Santé Île de France s’est engagée dans le cadre du  Projet régional de santé 2018-2022 à promouvoir une vision globale et adaptée de la santé mentale envisagée dans un continuum qui englobe la bonne santé mentale, la souffrance psychique aigüe ou durable, la maladie psychique, la maladie chronique, le handicap psychique. Elle concerne toute la population à des degrés divers et implique de nombreuses interfaces entre promotion de la santé et prévention /offre de soins / accompagnement. 

C’est ainsi que quelques principes ont été retenus, notamment :

  • La promotion de la santé mentale s'inscrit dans le contexte élargi de la santé publique et propose une approche différente de celle des soins, notamment en utilisant des stratégies intersectorielles et en mettant l'accent sur la protection du bien-être et des attributs de la santé mentale positive.  Elle cherche en particulier à développer les conditions de vie et un environnement qui favorisent la santé mentale et à permettre aux individus d’acquérir des attitudes favorables à leur santé.
  • Si le principe de l’intervention précoce s’applique à tous les âges de la vie, la petite enfance est une période cruciale pour tenter de réduire la proportion d’enfants vulnérables et de favoriser le développement global des enfants. Dans le cadre de la lutte contre les inégalités de santé, le  développement de la petite enfance est ainsi considéré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme un puissant égalisateur.
  • Les périodes prénatale et de la petite enfance constituent des périodes «d’opportunité» car les actions qui couvrent la période de la conception jusqu’à 7-8 ans et qui facilitent les périodes de transition, augmentent les chances d’influencer positivement le développement global des enfants.  En effet, les fonctions cérébrales se développent tout au long de la vie, mais à un rythme très rapide au cours des premières années. Cette évolution se fait en plusieurs phases, de telle sorte qu’à des moments spécifiques de la vie, certaines zones du cerveau sont plus sensibles aux influences bénéfiques ou néfastes de l’environnement qu’à d’autres moments. Cette malléabilité peut conduire à l’adaptation ou à la vulnérabilité.
  • Une action menée précocement peut avoir un effet positif majeur sur le développement de l’enfant, surtout si elle permet par ailleurs aux parents de prendre confiance en leur capacité à accompagner leur enfant sur le long terme.

Ces considérations sont déclinées dans l’un des objectifs opérationnels de la fiche santé mentale du PRS2 à savoir :

Mettre en place, d’ici 2022, au moins un programme multi-partenarial de promotion de la santé mentale et du bien-être du jeune enfant (0-3 ans) sur chaque département.

L’ARS développe, à cette fin, une politique volontariste de promotion des actions de prévention précoce en santé mentale.

Le soutien aux projets

Le soutien aux projets s’inscrit dans le cadre d’un objectif de participation de l’ARS Île de France au financement de la phase d’analyse préliminaire permettant la co-construction du projet par les acteurs locaux, y compris les parents, et ensuite à sa mise en œuvre, en particulier, concernant le déploiement des visites à domicile. Ce soutien n’est pas organisé à partir d’un appel à projets mais est développé «au fil de l’eau» par les délégations départementales.

La demande de financement doit être rédigée en explicitant les liens d’articulation étroite avec le service de PMI du territoire et, lorsqu’il existe, le Conseil local de santé mentale et/ou le Contrat local de santé.

Après l’instruction du dossier, une convention est passée entre le porteur du projet et l’ARS. Cette convention précise les indicateurs de résultats permettant d’évaluer les actions menées.

Les conditions à remplir pour être éligible à l’appel à candidatures

Envoi du dossier, prenant en compte le cahier de charges, ainsi que les pièces complémentaires jugées utiles en version électronique à l’adresse suivante : pilar.arcella-giraux@ars.sante.fr

Le dépôt des dossiers à l’ARS-IDF peut être réalisé à tout moment, l’étude des dossiers étant assuré au fur et à mesure qu’ils sont soumis à l’Agence par courrier électronique et postal.

La procédure de sélection s’effectue, à partir d’une analyse basée sur le respect du cahier des charges par une commission interne à l’ARS.

Si le déploiement des bonnes pratiques que constitue ce type de programme a vocation à se retrouver sur l’ensemble du territoire régional à terme, le soutien financier de l’Agence est focalisé sur les territoires ayant les besoins les plus nettement identifiés, c’est-à-dire sur les territoires les plus défavorisés.

Aller plus loin

Contact

Contenu

Dr Pilar ARCELLA-GIRAUX

Référente régionale prévention/promotion de la santé mentale
Responsable du département
Contractualisations territoriales et santé urbaine
Direction de la Santé Publique
35, rue de la gare
75019 Paris 
Tél 01.44.02.06.34

pilar.arcella-giraux@ars.sante.fr

Mots clés