La santé avance en Île-de-France

Prise en charge médicamenteuse en EHPAD : accompagnement ARS

Actualité
Autonomie et médico-social
Date de publication
Visuel
Réunion de lancement du programme d’accompagnement en Seine-et-Marne
Réunion de lancement du programme d’accompagnement en Seine-et-Marne - janvier 2017
Afin de limiter la iatrogénie médicamenteuse chez les résidents en EHPAD (Établissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes), l’Agence régionale de santé Île-de-France déploie un programme d’accompagnement à l’amélioration de la prise en charge médicamenteuse (PECM) selon une approche territoriale.
Corps de texte

La région Île-de-France dispose d’environ 700 EHPAD très divers, correspondant à une capacité totale d’environ 60 000 places. Compte tenu de leur polymédication et de leur âge avancé, les résidents en EHPAD sont quotidiennement confrontés au risque de iatrogénie médicamenteuse. Or, cette dernière présente un coût humain et économique élevé. Elle serait responsable de plus de 10% des hospitalisations chez les sujets âgés, et de près de 20% chez les octogénaires.

Après avoir réalisé un état des lieux des pratiques et des organisations de la PECM dans les EHPAD en Île-de-France en 2014, puis expérimenté la mise en place d’actions avec 15 EHPAD volontaires au cours d’une phase pilote, d’avril 2016 à janvier 2017, l’ARS Île-de-France a élaboré un plan d’actions d’amélioration de la PECM en EHPAD actuellement déployé à l’échelle de la région.

Un plan d’actions d’amélioration qui se veut réaliste au regard du quotidien des établissements

Ce plan d’actions* a été construit par un groupe de travail impliquant des professionnels des EHPAD. Il est généralisable aux EHPAD de la région, quel que soit leur statut (public, privé, associatif), qu’ils soient approvisionnés par une pharmacie d’officine ou par une pharmacie à usage intérieur (PUI), et quelle que soit leur capacité d’accueil. Il répond à 5 priorités et à une priorité transversale :

  • Priorité 1 : mettre en place une gouvernance en matière de PECM ;
  • Priorité 2 : auto-évaluer le processus de la PECM ;
  • Priorité 3 : mettre en place une culture de gestion des risques médicamenteux ;
  • Priorité 4 : améliorer la pertinence des prescriptions ;
  • Priorité 5 : sécuriser l’administration ;
  • Priorité transversale : impliquer le résident et ses aidants aux réflexions portées pour améliorer la PECM.

Ces priorités sont déclinées en 13 actions d’amélioration qui se veulent simples, pragmatiques, et rapidement porteuses de progrès, afin de donner un égal accès aux avancées à l’ensemble des EHPAD du territoire.

Une présentation d’outils « clés en main »

Les 8 réunions départementales de lancement de ce programme d’accompagnement, organisées en Île-de-France entre novembre 2017 et janvier 2018, ont permis de réunir près de 300 participants, en particulier directeurs d’établissement, médecins coordonnateurs, infirmiers coordinateurs et pharmaciens. Des professionnels de l’Assurance maladie et du Conseil départemental ont également assisté à ces réunions, au cours desquelles les établissements ont été formés au déploiement du plan d’actions. De nombreux outils opérationnels ont été présentés, parmi lesquels une charte de non punition incitant les professionnels à développer une culture positive de l’erreur, ou encore un schéma « escargot » repositionnant le rôle de l’ensemble des acteurs impliqués à chaque étape de la prise en charge médicamenteuse des résidents. Des outils officiels, à l’image d’une vidéo sur les erreurs médicamenteuses proposée par l’OMEDIT Normandie ou de l’outil d’autodiagnostic InterDiag Médicaments en EHPAD proposé par l’Agence nationale d’appui à la performance (ANAP), ont également fait l’objet d’une démonstration interactive. Une liste préférentielle de médicaments adaptés au sujet âgé en EHPAD, très appréciée des prescripteurs et des équipes soignantes, a été distribuée à chacun des participants au cours de ces réunions. Tous les EHPAD franciliens peuvent s’approprier les outils présentés lors des réunions départementales, référencés dans une boîte à outils « prise en charge médicamenteuse en EHPAD ».

Un déploiement « pas à pas », qui doit s’inscrire dans la durée

Dans le cadre de cette première vague de déploiement, une centaine d’EHPAD se sont engagés dans le dispositif. Ils bénéficieront d’un accompagnement par l’ARS et l’OMEDIT Île-de-France sur une durée de cinq mois, pour amorcer la mise en place de leur plan d’actions en fonction de leur niveau de départ, de l’organisation existante et de la disponibilité des acteurs. A l’issue de cette phase d’accompagnement, les établissements seront invités à partager leur expérience avec d’autres EHPAD et à poursuivre leur mise en place progressive d’actions, en réponse à une démarche d’amélioration continue de la qualité et la sécurité de la prise en charge médicamenteuse des résidents et de la pertinence des soins. 

Ce programme d’accompagnement sera déployé sur plusieurs années, dans l’objectif d’en faire profiter un maximum d’établissements franciliens volontaires.

 

*ce plan d’actions d’amélioration a été construit en lien avec le dispositif de gestion du risque, axe « efficience en EHPAD » et en cohérence avec les actions menées par l’Assurance maladie