Prévention du suicide : l’ARS Île-de-France poursuit son engagement au plus près des professionnels de santé et des personnes à risque suicidaire

Actualité

A l’occasion des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie, qui se sont tenues ce lundi 27 et mardi 28 septembre, l’ARS Île-de-France rappelle les objectifs prioritaires pour la région et les dispositifs déjà mis en place à l’attention de l’ensemble des professionnels de santé, des associations et des personnes concernées par le risque suicidaire.

C’est dans le cadre de la Feuille de route nationale santé mentale et psychiatrie que l’ARS Île-de-France met en œuvre sa stratégie régionale de prévention du suicide. Ses objectifs sont : 

  1. Maintenir le contact avec la personne qui a fait une tentative de suicide ;
  2. Former les acteurs au repérage, à l’évaluation, à l’orientation et à l’intervention des crises suicidaires ;
  3. Prévenir la contagion suicidaire ;
  4. Elaborer un annuaire thématique de ressources pour les acteurs ;
  5. Déployer en région le numéro téléphonique national d’aide. 

Lancement du numéro téléphonique national de prévention du suicide accessible 7J/7 et 24H/24, permettant une prise en charge immédiate des personnes suicidaires par des professionnels de santé : l’ARS crée le centre régional Île-de-France

Le 3114, un numéro national de prévention du suicide dans le cadre de la stratégie nationale de prévention du suicide a officiellement été lancé à l’occasion des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie par le Ministère des solidarités et de la santé. Description détaillée sur le site du Ministère des solidarités et de la santé. Le déploiement en région est assuré par les ARS.

En Île-de-France, le déploiement du centre régional est prévue en deux temps : 

  1. La plateforme téléphonique est dès le 1er octobre centralisée au niveau national et opérationnelle pour répondre aux appels.
  2. Puis, le 15 décembre, la territorialisation des appels sera effective. Le centre régional Île-de-France, opérationnel en journée, sera porté par un partenariat entre le Groupement Hospitalier Universitaire - Paris psychiatrie et neurosciences (GHU PPN) et l’AP-HP.

Les centres régionaux s’articuleront avec le référent ARS IDF en charge de la santé mentale et de la prévention du suicide, avec les coordonnateurs des PTSM, des CLS et des CLSM, avec les formateurs régionaux en prévention du suicide, avec les VigilanSeurs, avec les associations soutenues par l’Agence et avec les réseaux d’acteurs identifiés. Ces répondants sont capables :

  • D’évaluer le niveau de souffrance,
  • D’écouter, sans jugement et avec bienveillance,
  • De soutenir et aider à résoudre la crise de façon adéquate,
  • D’orienter vers les acteurs du territoire pour une prise en charge adaptée aux situations,
  • De s’assurer que la personne n’est pas en situation de danger et, si tel est le cas, de mettre en place les mesures pour la protéger,
  • D’informer.

Ce service, confidentiel et gratuit est à destination de tous et notamment pour :

  • Les personnes en souffrance,
  • L’entourage inquiet pour un proche ou une personne en détresse
  • Les personnes endeuillées par suicide
  • Les professionnels.

Pour en savoir plus : Communiqué de presse du Ministère des solidarités et de la Santé du 29/09/2021

 

Prévenir le suicide : les autres outils disponibles en Île-de-France

  1. La formation des professionnels de santé

En Île-de-France, on recense 22 formateurs cliniciens spécialisés en « Intervention de crise suicidaire » et en « Evaluation/orientation » ainsi que 19 formateurs « Sentinelle » dont 8 sont des cliniciens formés aux 3 modules et 11 sont des acteurs non-cliniciens (coordonnateurs CLSM, délégué Unafam, responsable de formation PSSM, membre d’association contre la transphobie, etc.). Leur rôle est de former le plus de professionnels de santé et de citoyens volontaires à la prévention du suicide. En particulier, le module « sentinelle » s’adresse aux citoyens volontaires, les personnels associatifs mais aussi les acteurs en proximité immédiate avec des personnes qui peuvent nécessiter de l’aide.

Les prochaines formations sont accessibles sur https://www.geps-formation.com/les-formations-geps

  1. VigilanS

La survenue d'une tentative de suicide multiplie par 4 le risque de suicide ultérieur. Pour prévenir ce risque, le maintien du contact avec les personnes est essentiel.

Entre 2020 et 2022, l’ARS Île-de-France déploie dans chaque département le dispositif de recontact et d’alerte VigilanS, permettant d’organiser autour de la personne ayant fait une tentative de suicide un réseau de professionnels de santé joignables et qui garderont contact avec elle.

A date, et à partir des services des urgences, près de 2000 patients sont inclus dans le dispositif VigilanS en Île-de-France et sont pris en charge par les équipes de soins psychologiques ou psychiatriques du 75, 78, 94, 92, 94. Dès cet automne 2021, VigilanS sera progressivement opérationnel dans le 95, 93, 91 et 77.

La description complète du dispositif est accessible sur https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/sante-mentale/la-prevention-du-suicide/article/le-dispositif-de-recontact-vigilans

  1. L’annuaire régional de prévention du suicide

L’élaboration de cet annuaire à destination des acteurs, confiée au Collège National pour la Qualité des Soins en Psychiatrie – CNQSP, est en cours de finalisation pour le printemps et regroupera l’ensemble des ressources disponibles classées par thématiques et accessibles en ligne à tous les acteurs mobilisés dans la prévention au suicide.

  1. Le soutien aux associations

Le soutien régional aux associations SOS Amitié Île-de-France (notamment pour le recrutement et la formation de 120 écoutants supplémentaires en 2020 et 2021) et La Porte Ouverte (avec la mise en place d’un nouveau site sur le campus Condorcet dans le 93) a été renouvelé pour la 2ème année consécutive. En complément, l’ARS Île-de-France soutient d’autres associations qui peuvent être mobilisées dans la prévention du suicide ou en tant que formateur pour les professionnels de santé et citoyens volontaires, comme par exemple l’association de lutte contre les discriminations à l’encontre des personnes transgenres Acceptess-T ou l’association d’écoute pour et par étudiants Nightline ou, encore, l’association de familles et amis de personnes malades ou touchées par un handicap psychique Unafam.

Rappel des numéros utiles en région

Pour vous soutenir, des ressources existent:

En cas d’urgence, appelez le 15.