La santé avance en Île-de-France

Pôles Santé des centres de premier accueil des migrants : organisation et premiers bilans d’activité

Actualité
Santé publique
Date de publication
Visuel
entre d’hébergement d’urgence migrants d’Ivry-sur-Seine
Afin de faciliter l’entrée des migrants dans un parcours de santé de droit commun, l’Agence régionale de santé Île-de-France a souhaité installer des structures permanentes de santé au sein du centre de premier accueil de Paris - Porte de La Chapelle (CPA) et du centre d’hébergement d’urgence migrants (CHUM) d’Ivry-sur-Seine (94). Elle a confié la gestion de ces Pôles Santé au Samusocial de Paris.
Corps de texte

Le Pôle Santé du CPA a pour mission de proposer un bilan de santé infirmier aux personnes qui le souhaitent, suivi le cas échéant d’une consultation médicale et d’une consultation psychiatrique. Si nécessaire, des orientations sont faites vers les hôpitaux. Le bilan et ses suites s’organisent dans des délais contraints, compte tenu de la durée de séjour moyenne d’une semaine.

Le Pôle Santé du CHUM d’Ivry-sur-Seine a le même objectif mais tient compte d’une patientèle comprenant des femmes et enfants. Des activités de dépistage, prévention, vaccination et planning familial peuvent être organisées compte tenu d’une durée moyenne de séjour de cinq semaines.

Les deux Pôles mobilisent les personnels infirmiers, traducteurs et médecins du Samusocial. D’autres médecins viennent de La Croix Rouge, de l’AP-HP, du service public de psychiatrie ou des associations Pédiatres du Monde et Gynécologues sans Frontières. A Ivry-sur-Seine, des personnels de la Protection Maternelle et Infantile et du centre de lutte antituberculeux (CLAT) sont également impliqués.

Par ailleurs, des liens ont été établis avec les établissements hospitaliers, et en premier lieu des Permanences d’Accès aux Soins de santé (PASS), pour assurer le parcours de santé des migrants malades.

Premiers bilans d’activité

De l’ouverture de ces centres au 30 juin 2017, il a été réalisé :

  • A Paris : 4042 bilans infirmiers, 3119 consultations médicales et 538 consultations psychiatriques.
  • A Ivry : 643 bilans infirmiers (dont 212 pour des enfants), 267 consultations médicales adultes et 235 pédiatriques, 179 consultations de santé mentale (dont 45 pour des enfants). 72 femmes enceintes ont été prises en charge.

Les données sanitaires et sociales anonymes collectées lors des bilans infirmiers font l’objet d’une exploitation épidémiologique par l’Observatoire du Samusocial.

Pour les hommes accueillis au CPA, 41% concernent des migrants présents depuis moins d’un an. 70% de ces personnes sont originaires de trois pays : le Soudan (24%), l’Afghanistan (41%) et l’Erythrée (5%). La moyenne d’âge est de 29 ans.

A propos de leur recours aux soins, 55% disent avoir vu un médecin il y a moins d’un an, 6% disent avoir renoncé à des soins au cours des 12 derniers mois, et 1% s’être vu opposer un refus de soins depuis qu’ils sont en France. 

Plus de la moitié des migrants se déclarent en « bon ou très bon » état de santé (62%), 33% considèrent que c’est «moyen»  et  4% se déclarent en «mauvaise ou très mauvaise santé». Cependant, un type de problème de santé chronique a été déclaré par 38% des personnes. Les symptômes et plaintes somatiques non chroniques sont très fréquents, 74% des personnes se plaignent d’au moins un type de symptôme, les plus fréquents étant les problèmes dermatologiques (31%), respiratoires (29%) et buccodentaires (21%). Les symptômes psychologiques sont importants (troubles du sommeil, tristesse..) et plus d’un quart des consultants (26%) a été directement victime de violences.

 

Visite de Mme la ministre de la santé - Agnès Buzyn et M. Christophe Devys - Directeur de l'Agence régionale de santé Île-de-France
Christophe Devys aux côtés d'Agnès Buzyn au CHUM d'Ivry-sur-Seine le 1er août pour une rencontre avec les professionnels

Aller plus loin

Mots clés

Migrants