La santé avance en Île-de-France

Parcours des personnes handicapées : les acteurs seine-et-marnais se mobilisent

Actualité
Autonomie et médico-social
Date de publication
Visuel
Enfant handicapé
La Seine-et-Marne est l’un des territoires pionniers dans la mise en œuvre de la démarche nationale « une réponse accompagnée pour tous ». Dans ce cadre, la Délégation départementale de l’ARS et ses partenaires travaillent en étroite collaboration pour proposer aux personnes handicapées un parcours adapté à leurs besoins.
Corps de texte

« S’assurer qu’aucune personne en situation de handicap ne se retrouve sans prise en charge », voilà qui résume le principe de la démarche « Une réponse accompagnée pour tous », lancée fin 2015 par le ministère en charge de la Santé. Vingt-quatre départements, dont la Seine-et-Marne, se sont portés volontaires pour la déployer en avant-première suivant quatre principes d'action :

  • mettre en place un dispositif d’orientation permanent ;
  • déployer une réponse territorialisée accompagnée pour tous ;
  • organiser le soutien par les pairs ;
  • accompagner le changement des pratiques.

Objectif 2018

« Nous avons soutenu la décision du conseil départemental car nous avons l’habitude de travailler ensemble sur cette thématique, explique Hélène Marie, déléguée départementale de l’ARS en Seine-et-Marne. En outre, Laurence Picard, élue en charge de la solidarité, a estimé que cette démarche constituait un bon levier pour préparer l’échéance de 2018. » En effet, la loi de santé de 2016 prévoit la mise en place d’un dispositif d’orientation permanent dès 2018. En d’autres termes : toute personne en situation de handicap qui en fera la demande bénéficiera d’un plan d’accompagnement global (PAG) adapté à ses besoins. Et si, pour diverses raisons, le parcours préconisé n’est pas applicable immédiatement, une solution alternative devra lui être proposée.

Pour une action mieux coordonnée

« Concrètement, pour construire des PAG pertinents et élaborer des solutions alternatives cohérentes, il est essentiel de mobiliser l’ensemble des acteurs concernés de manière concomitante », souligne la déléguée départementale. Ainsi, depuis 2016, le conseil départemental, la maison départementale des personnes handicapées (MDPH), l’Éducation nationale et la délégation départementale de l’ARS se réunissent chaque mois en comité de pilotage. Ensemble, ils ont défini un programme d’actions et constitué six groupes de travail. « “Une réponse accompagnée pour tous” nous a permis d’engager une dynamique essentielle. Car ce sont les mêmes personnes qui nous sollicitent à des moments différents. À nous de coordonner notre action pour que les prises en charge répondent à leurs besoins, au bon moment et en mobilisant les bons acteurs », souligne Hélène Marie.

Clarifier les priorités d’admission des établissements médico-sociaux

Au sein des groupes de travail, les quatre institutions partenaires essayent donc de définir des principes généraux d’action (accueil, admission, orientation) pouvant répondre à l’ensemble des problématiques rencontrées par les personnes handicapées. À titre d’exemple, le groupe n° 2, copiloté par l’ARS et le conseil départemental, a pour mission de définir une stratégie d’admission partagée entre les institutions, les gestionnaires et les directeurs des structures médico-sociales. « Nous souhaitons que les chefs d’établissement revoient leurs procédures d’admission en fonction des priorités établies par la MDPH et l’Éducation nationale. Car, aujourd’hui, nous n’avons pas la certitude que tous les enfants admis en établissement sont bien les plus prioritaires », décrypte la déléguée départementale. Au terme d’une première année de travail, la mobilisation des quatre partenaires commence à porter ses fruits : une dizaine de PAG ont été rédigés ou sont en cours de rédaction.

Aller plus loin

Voir Aussi