L’Agence toujours engagée pour la santé des femmes en Île-de-France

Actualité
Journée des droits de la femme

Ce 8 mars 2022, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l’Agence rappelle sa mobilisation régionale en faveur de la santé des femmes et contre les inégalités auxquelles elles peuvent faire face. Découvrez les actions phares menées par l’Agence.

L’accompagnement des femmes dans les soins gynécologiques, la maternité et la périnatalité

L’accès à l’IVG

Dans le cadre de l’allongement des délais d’accès à l’IVG et des expérimentations en cours autour de l’exercice par les sages-femmes, l’Agence se mobilise par la mise à disposition de ressources sur l’IVG en Île-de-France et le relai en Île-de-France d’un appel à projets national.

Lancé fin 2021 par le Ministère des Solidarités et de la santé, un appel à projets est en cours auprès des établissements de santé pour ouvrir l’exercice des interruptions volontaires de grossesse instrumentales par des sages-femmes. L’objectif de cette expérimentation est de contribuer à renforcer l’offre IVG en établissement de santé et à faciliter l’accès à l’IVG sur le territoire. L’appel est ouvert jusqu’au 30 avril 2022. 

Pour obtenir plus d’information sur l’appel et candidater

L’accès aux soins gynécologiques pour les femmes en situation de handicap 

En lien avec l’union mutualiste VYV3 (Ile-de-France), l’ARS Île-de-France se mobilise depuis 2016 pour améliorer l’accès aux soins gynécologiques des femmes en situation de handicap accueillies dans les établissements médico-sociaux (ESMS) d'Île-de-France.

Suite à l’étude « Handigynéco-IdF » menée entre 2016 et 2017, l’Agence a poursuivi ce travail entre 2018 et 2019 avec la recherche-action “Handigynéco en pratique” dans une démarche « d’aller-vers ». Des sages-femmes volontaires, formées au handicap, sont intervenues dans les établissements médico-sociaux pour réaliser des actions selon les volets soins, vie affective et sexuelle, et violences faites aux femmes. 

Plusieurs projets sont maintenant en cours d’élaboration pour déployer plus largement les actions selon le modèle de l’Etude Handigynéco en pratique.

Retrouvez plus d’informations sur le programme d’actions développé en Île-de-France pour l’accès aux soins gynécologiques des femmes en situation de handicap.

La sensibilisation aux enjeux environnementaux en périnatalité (projet ”écomaternité”)

Depuis mars 2021, l’ARS Île-de-France a mis en place un programme territorial de maternités écoresponsables initié avec l’AP-HP : « Écomaternité », actuellement développé dans 13 maternités de l’APHP, 6 maternités publiques  des Hauts-de-Seine et de Seine-Saint-Denis, et associant les réseaux de santé périnatale des territoires concernés (RSPP, Périnat 92 et NEF). L’ambition du dispositif « écomaternité » est d’associer à terme l’ensemble des professionnels de la périnatalité pour les rendre acteurs de la promotion en santé environnementale, diffuser des messages de prévention auprès des nouveaux parents et leur entourage, et ainsi créer une culture commune et une dynamique collective en s’appuyant sur la diversité des initiatives locales. Cette initiative s’inscrit plus largement dans le cadre des actions du Plan régional santé environnement (PRSE3) et dans une approche de développement durable. Un plan de formation articulé autour de trois niveaux est proposé aux acteurs engagés dans le programme. Il a déjà permis de former près de 200 soignants en 2021 et plus de 250 soignants sont prévus en 2022.

Dans le cadre du PRSE3, l’Agence a également financé cette année un nouveau projet de MOOC destiné prioritairement aux professionnels de santé travaillant dans les maternités d’Île-de-France, porté par l’association Pédagogie Numérique en Santé. Ces cours, qui débuteront le 5 juin prochain à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement, portent sur le thème de la prévention des risques environnementaux chez la femme enceinte et le jeune enfant, une initiative qui complète le projet écomaternité et qui fait suite à l’appel à projets « santé du jeune enfant – déterminants environnementaux » lancé en 2021.

Grossesse et grande précarité

L’Agence a contribué à plusieurs initiatives récentes concernant la prise en charge des femmes enceintes ou sortant de maternité sans hébergement.

Parmi les 46 équipes médicosociales « d’aller-vers » les publics les plus fragiles « Ségur 27 » créées en Île-de- France fin 2021, trois interviennent spécifiquement dans le champ de la périnatalité. Ces dispositifs sont portés par un réseau associatif (groupe SOS Solidarité, associations Aurore et Basiliade) et comprennent des lits halte soins santé (LHSS) mobiles et une équipe mobile santé précarité (EMSP).

Un dispositif innovant d’hébergement et de soins résidentiels (HSR) porté par l’association Aurore, à vocation régionale, et implanté à Athis Mons (91) est aussi ouvert depuis mars 2021. Cette structure comprend des places de LHSS pour des femmes enceintes et pour des couples mères-bébés, des places d’appartement de coordination thérapeutique, et des places d’hébergement d’urgence pour des accompagnants (conjoints ou enfants).

Ces dispositifs médico sociaux viennent compléter la stratégie de renforcement du nombre de places d’hébergement d’urgence (HU) pour les femmes enceintes et sortant de maternité sur le territoire francilien, ainsi que pour leurs accompagnants, engagée par la DRIHL en 2021 (création de 1000 places de HU dédiées pour ce public en Ile-de-France).

Le déploiement de filières d’endométriose

L’ARS Île-de-France a lancé un appel à projets en 2020 ayant permis d’identifier quatre filières de soins consacrées à l’endométriose. Ces filières permettent de faciliter l’information des professionnels et de les faire gagner en connaissances, compétences, dans l’objectif d’améliorer le suivi de leurs patientes. L’organisation en filières doit permettre de mieux structurer, de rendre plus lisible et de développer les liens et le nombre des partenaires et acteurs de la prise en charge des femmes concernées par l’endométriose. Les patientes pourront bénéficier de soins auprès de professionnels de proximité formés, ainsi que d’informations générales et particulières sur leur pathologie pour mieux la connaître, l’appréhender et la gérer.

La lutte contre les violences faites aux femmes

Le Grenelle contre les violences conjugales qui s’est tenu en 2019 a permis d'initier un travail avec les institutions de santé autour de la protection et de la prise en charge des femmes victimes de violences. Parmi les mesures qui en découlent, on retrouve notamment la généralisation de la possibilité de déposer plainte dans les hôpitaux, ainsi que le déploiement national de dispositifs hospitaliers de prise en charge des femmes victimes de violences.

C’est dans ce contexte que l’ARS Île-de-France s’est engagée à l’amélioration de la prise en charge des femmes victimes de violence, en particulier en soutenant la mise en place de dispositifs hospitaliers dédiés. A ce titre, un appel à projets a été lancé en 2021 auprès des établissements publics de santé de la région, et 5 projets ont déjà été retenus. De nouveaux projets sont en cours d’instruction pour une mise en place courant 2022.  

Par ailleurs, les réseaux de santé en périnatalité (RSP) d’Île-de-France sont également engagés depuis plusieurs années sur la question des violences faites aux femmes. A ce titre, ils nouent de nombreux liens avec les acteurs engagés sur leurs territoires afin d’améliorer le repérage, la prise en charge ainsi que l’orientation des femmes victimes de violences durant leur grossesse. Les RSP proposent également des actions de sensibilisation et de formations auprès de ces partenaires.