Isolement lorsqu'on est contact à risque ou positif à la Covid-19 : règles, durée, aides possibles

Article
Photo d'une personne cas positive au covid-19 isolée chez elle qui regarde l'extérieur depuis sa fenêtre

Vous devez vous isoler à cause de la Covid-19. Comment cela se passe pour vous et vos proches ? Combien de temps devez-vous rester isolé ? De quelles aides pouvez-vous bénéficier ? Trouvez de nombreuses informations sur la situation en Île-de-France.

Isolement et Covid-19 : quelles sont les règles à suivre ?

L’isolement est l’une des solutions les plus efficaces pour freiner la circulation de la Covid-19. Il doit être respecté quand on :

  • est déclaré positif à la Covid-19 ou en attente des résultats de son test (en cas de symptômes ou après avoir été en contact avec une personne positive) Où se faire dépister en Île-de-France ? ;
  • est contact à risque ;
  • est de retour d’un voyage à l’étranger ou en dehors de la France métropolitaine.

  1. M’isoler
  2. Lister les personnes qui aurait pu être contaminées
  3. Consulter mon médecin
  4. Me faire tester

Pendant l’isolement, me faire tester. Si le test est :

Négatif :

j’arrête mon isolement sur avis du médecin

Positif :

Je m’isole 10 jours à partir du début des symptômes

Après 10 jours d’isolement :

  • En cas de fièvre, prolonger son isolement pendant 48h, après la disparition de la fièvre. La persistance à J10 des autres symptômes (toux, rhinorrhée,...) ne doit pas conduire à un isolement additionnel de 48h.
  • Si absence de fièvre, mettre fin à son isolement. Durant 1 semaine, porter rigoureusement le masque et respecter strictement les mesures barrières, éviter le contact avec des personnes vulnérables et privilégier si possible le télétravail.

La fin de l’isolement des cas positifs n’est pas conditionnée à la réalisation d’un test de sortie d’isolement.

​​​​​​

Vous pensez avoir des symptômes ou avoir été exposé au virus ? Vous pouvez répondre à un test en ligne pour vous aider à mieux comprendre le virus.

En savoir plus sur les différents dépistages et où se faire dépister en Île-de-France

  1. M’isoler pendant 10 jours à compter du premier prélèvement positif
  2. En cas d’apparition des symptômes évocateurs de la Covid-19, la période d’isolement devra être rallongée de 10 jours à partir de la date d’apparition des symptômes

La fin de l’isolement des cas positifs n’est pas conditionnée à la réalisation d’un test de sortie d’isolement. Elle doit s’accompagner du port rigoureux du masque, du respect strict des mesures barrières pendant une semaine, en évitant le contact avec des personnes vulnérables et privilégie si possible le télétravail.

 

En savoir plus sur les différents dépistages et où se faire dépister en Île-de-France

Les personnes contact à risque (élevé et modéré) doivent informer de leur statut les personnes avec qui elles ont été en contact à partir de 48h après leur dernière exposition avec le cas confirmé et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux (contact-warning). Ces personnes réalisent une auto-surveillance de leur température et de l’éventuelle apparition de symptômes, avec test diagnostique (moléculaire ou antigénique) immédiat en cas de symptômes, quel que soit l’âge.

 

  • Contact à risque élevé

Vous avez été identifié comme "personne contact à risque élevé" par un médecin généraliste ou par l'Assurance maladie :

  1. s’isoler 7 jours depuis le dernier contact avec la personne positive
  2. se faire immédiatement tester en réalisant un test antigénique, RT-PCR ou RT-LAMP sur prélèvement nasopharyngé (pour les enfants de moins de 6 ans, un prélèvement salivaire peut être réalisé si le prélèvement nasopharyngé est difficile ou impossible)
  3. informer les personnes avec qui ont pu être en contact à risque depuis la dernière exposition à risque avec le cas
  4. prendre un RDV pour passer un test au 7ème jour après le dernier contact

Si vous êtes positif au test :

  • s’isoler 10 jours à partir de la date du test. Si le test positif est un TAG, il doit être confirmé dans les 24H par PCR. Si le PCR revient négatif, c’est ce résultat qui prime.
  • si apparition de symptôme: consulter un médecin.
      • s’isoler 10 jours supplémentaires à partir du début des symptômes
      • à la fin de l’isolement :
  • en cas de fièvre, prolonger l’isolement pendant 48h, après la disparition de la fièvre
  • si absence de fièvre, mettre fin à l’isolement. Durant 1 semaine, porter rigoureusement le masque et respecter strictement les mesures barrières, éviter le contact avec des personnes vulnérables et privilégier si possible le télétravail.

Si le test est négatif :

  • continuer l’isolement de 7 jours à partir de la date de dernier contact avec la personne positive.
  • se faire tester (antigénique ou PCR) à l’issue de ces 7 jours :
  • Si le test est positif : s’isoler 10 jours supplémentaires à partir de la date du test. Si le test positif est un TAG, il doit être confirmé dans les 24H par PCR. Si le PCR revient négatif, c’est ce résultat qui prime.
    • si le test est négatif  : sortir d’isolement.

Si ce test n’est pas réalisé, la quarantaine est prolongée de 7 jours supplémentaires (sauf pour les enfants de moins de 6 ans).

 

  • Contact à risque modéré

Vous avez été identifié comme "personne contact à risque modéré" par un médecin généraliste ou par l'Assurance maladie, je ne dois pas m’isoler mais je réalise un test de dépistage, RT-PCR, RT-LAMP ou antigénique sur prélèvement nasopharyngé (pour les enfants de moins de 6 ans, un prélèvement salivaire peut être réalisé si le prélèvement nasopharyngé est difficile ou impossible).

Le test est positif :

  • S’isoler 10 jours à partir de la date du test ou à partir de la date de début des symptômes. Si le test positif est un TAG, il doit être confirmé dans les 24H par PCR. Si le PCR revient négatif, c’est ce résultat qui prime.
    • en cas de fièvre, prolonger son isolement pendant 48h, après la disparition de la fièvre
    • si absence de fièvre, mettre fin à l’isolement. Durant 1 semaine, porter rigoureusement le masque et respecter strictement les mesures barrières, éviter le contact avec des personnes vulnérables et privilégier si possible le télétravail.

Si le test est négatif :

  • Pratiquer une auto-surveillance de leur température et de l’éventuelle apparition de symptômes, avec test diagnostique (moléculaire ou antigénique) immédiat en cas de symptômes, quel que soit l’âge. Ces personnes-contact doivent informer de leur statut les personnes avec qui elles ont été en contact à partir de 48h après leur dernière exposition à risque avec le cas confirmé et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux (contact-warning). Elles doivent également limiter les interactions sociales.
  • Se faire tester (antigénique ou PCR) à l’issue de ces 7 jours :
    • Si le test est positif : s’isoler 10 jours à partir de la date du test, puis sortir d’isolement
    • Si le test est négatif  : mettre fin à l’autosurveillance

Les prélèvements naso-pharyngés peuvent être réalisés à partir de 6 ans sous réserve d’acceptabilité des parents.

 

Si vous êtes contact à risque au sein de mon foyer : vous devez porter un masque au domicile. Le cas doit rester isolé de ses contacts.

Pour tous les contacts à risque : le dispositif de levée de la mesure de quarantaine est basé sur la déclaration de la personne contact.

 

En savoir plus sur les différents dépistages et où se faire dépister en Île-de-France

Je suis de retour d’un voyage professionnel ou personnel hors de France métropolitaine. Je reviens d’un pays où le virus circule activement, où se situent des variants particulièrement préoccupants. Pour freiner la circulation du virus, je dois observer une période de quarantaine dont la durée sera définie selon le territoire duquel je reviens.  Il n’existe pas d’obligation d’isolement en provenance de pays de l’espace européen.

Connaître toutes les règles et conseils de voyage par pays / destination

En provenance de l’un des territoires listés à l’article 1-1 de l’arrêté du 10 juillet 2020 (pays dits « rouges »), je fais systématiquement l’objet d’un dépistage par test antigénique, sur les centres de dépistage État en zone sous douane

  • Si le test se révèle négatif, je me vois notifier un arrêté préfectoral de quarantaine.

    Cette quarantaine est de 10 jours pleins et je devrai strictement respecter les gestes barrières, notamment le port du masque chirurgical et la distanciation sociale. Durant cette période, je ne devrai pas quitter le lieu d’hébergement où sera exécutée la mesure, sous réserve, entre 10h et 12h, des déplacements nécessaires pour l’accès aux biens et services de première nécessité, les livraisons sur lieu d’hébergement étant privilégiées.
    Au neuvième jour de la quarantaine, je devrai faire un test PCR pour confirmer l’absence d’infection et durant les sept jours suivant ce test, s’il est négatif, je veillerai au respect strict des gestes barrières, notamment le port du masque chirurgical et la distanciation sociale devra être observé.
    En cas de résultat positif, je serai amené à prolonger mon isolement à nouveau de 10 jours comme prévu pour les personnes déclarées positives à la Covid-19 en temps normal et décrit dans les cas de figure énoncés ci-dessus.

  • Si le test est positif, je me vois notifier un arrêté préfectoral d’isolement.

    L’isolement est également de 10 jours pleins en l’absence de symptômes (apyrexie de 48h). En cas de fièvre, l’isolement doit être respectée jusqu’à quarante-huit heures après sa disparition. Je ferai l’objet d’un suivi médical et d’un contrôle téléphonique par l’Assurance maladie.

  • Dans les deux cas, l’isolement débute à la date de notification de l’arrêté préfectoral d’isolement ou de quarantaine. C’est également cet arrêté qui fixe les modalités de l’isolement (durée et horaires de sortie).

    L’isolement se déroule à votre domicile ou dans un lieu d'hébergement adapté aux exigences sanitaires. Un justificatif du lieu de l'isolement permettant d'en attester l'adresse et l'accessibilité pour les agents de contrôle sera exigé avant l'embarquement, puis vérifié à l'arrivée en France. L'isolement pourra également être effectué dans un lieu d'hébergement mis à disposition par l'administration. Il est à noter que le représentant de l’État territorialement compétent peut s’opposer au choix du lieu d’isolement s’il considère que celui-ci ne remplit pas les conditions nécessaires au respect de l’isolement.

    Un contrôle du respect de la quarantaine est prévu par les forces de sécurité intérieurs : le non-respect de cette dernière est passible d’une amende de 1 000 à 1 300€.

En savoir plus sur les différents dépistages et où se faire dépister en Île-de-France

Comment préparer son prochain voyage en avion ?

Dérogations à la quarantaine / isolement possibles

Par principe, aucune dérogation à la quarantaine ou à l’isolement n'est prévue. Les arrêtés préfectoraux notifient des horaires de sortie autorisé pour que je puisse subvenir à mes besoins essentiels, chaque jour entre 10h et 12h, et réaliser de soins médicaux programmés. Aucune contrainte de temps et de lieu n’est opposable à la réalisation de soins urgents.

À titre très exceptionnel, des aménagements à la quarantaine sont possibles pour les professionnels de santé exerçant dans leur service/établissement d’origine en fortes tensions. L’analyse de la situation se fait au cas par cas.

Une dérogation peut aussi être accordée et à des horaires précis si la personne doit passer un écrit ou un oral d'examen ou de concours dans un respect très strict des gestes barrière et de distanciation, ou si elle doit assister aux obsèques d'un proche parent. Dans ces cas, l'appréciation est laissée au préfet.

Cas particulier des EVASAN/RAPASAN :

Afin qu’ils puissent accomplir leur mission, les professionnels de santé assurant des RAPASAN et des EVASAN disposent d’une dérogation partielle au dispositif applicable aux pays « rouges », à savoir, un assouplissement du régime de quarantaine obligatoire de 10 jours dans le seul cadre de l’exercice de l’activité professionnels, tout en veillant au respect des conditions suivantes :

  • Aucune dérogation à l’obligation de présentation d’un résultat négatif de test RT-PCR ou équivalent à l’embarquement, réalisé 36h avant le départ, ou accompagné d’un résultat de test antigénique négatif si le test RT-PCR a été réalisé moins de 72h avant le départ ;
  • Aucune dérogation au test prévu à l’arrivée, sauf si le transfert vers l’établissement d’accueil est direct ;
  • Surveillance médicale de ces professionnels mise en œuvre par les médecines du travail reposant le cas échéant sur la réalisation d’une RT-PCR a minima à fréquence hebdomadaire (dont le résultat devra être rendu dans les 24h au plus) ;
  • Auto-surveillance quotidienne accrue (surveillance de l’apparition de tout symptôme évocateur et prise de température 2 fois/jour) ;
  • Respect scrupuleux des mesures barrières et du port du masque et limitation des contacts ;

La rédaction de l’arrêté préfectoral de mise en quarantaine devra être adaptée pour prévoir les déplacements dans le cadre de l’exercice des fonctions professionnelles.

Aucune dérogation à l’arrêté d’isolement n’est possible.

  • Si je reviens d’un territoire ou pays pour lequel je dois observer une quarantaine de 7 jours :

Je devrai m’engager sur l’honneur à m’isoler pendant 7 jours une fois arrivées en France. À l’issue de ces 7 jours, je devrai effectuer un test de dépistage RT-PCR pour pouvoir lever mon isolement. Il peut être prolongé de 2 jours supplémentaires pour l’obtention des résultats.

  • Si je reviens d’un territoire ou pays non-rouge mais ai transité par un territoire ou pays rouge :

La doctrine pays « rouge » ne s’applique pas dans la mesure où je n’ai fait que passer par la zone internationale de l’aéroport sans séjourner dans le pays ou territoire dit « rouge » en question. Je serai donc soumis au même régime que les voyageurs en provenance d’un pays « non-rouge » à savoir une quarantaine volontaire de 7 jours. Un test antigénique peut être effectué dans le cadre des contrôles aléatoires à l’aéroport d’arrivée.

Vous avez des questions sur l'isolement au retour d'un voyage : pour en savoir +

Où dois-je me m’isoler ?

Plusieurs options s’offrent à moi. Je peux choisir de m’isoler : 

  • à mon domicile ou un autre lieu de résidence si je dispose d’un logement adapté pour m’isoler des personnes avec qui je vis, notamment si elles sont à risque de forme grave de Covid-19 ; 
  • dans un lieu d’hébergement adapté (hôtel ou assimilé) dans lequel je peux m’isoler des personnes avec qui je vis, notamment si elles sont à risque de forme grave de Covid-19 ; 
  • dans un lieu d’hébergement mis à disposition par l’administration si je ne dispose pas d’une adresse de domiciliation ou si mon logement n’est pas adapté. Pour identifier un lieu d’hébergement, j’appelle le 0800 130 000.

Je suis isolé : ce qu’il convient de faire pendant son isolement

L’isolement vise à limiter les risques de transmission du virus à mes proches ou aux autres. Pour cela, plusieurs précautions sont à respecter durant cette période. 

Isolement : quelles précautions et règles d’hygiène faut-il suivre ?

Je suis en isolement : de quelles aides puis-je bénéficier ?

Durant mon isolement, mon interlocuteur direct pour toutes mes questions de santé, conseils médicaux reste mon médecin traitant, notamment en cas de symptômes évocateurs du Covid-19 (fièvre, toux, douleurs articulaires…). Si la maladie s’aggrave (essoufflement, difficultés respiratoires), je dois contacter le SAMU-Centre 15.

Lors de mon isolement, je suis invité à déclarer ma situation auprès de mon employeur pour trouver une solution, si mon état le permet, pour poursuivre mon activité (formule en télétravail). Si mon activité professionnelle ne me permet pas de télétravailler, je peux demander un arrêt de travail sur le site declare.ameli.fr.

C’est aussi l’Assurance maladie qui va être mon contact privilégié durant mon isolement. C’est auprès d’elle que je peux faire part de mes difficultés.

Toutes les personnes positives en isolement, pourront également bénéficier d’une visite à domicile par un infirmier libéral prise en charge à 100 %, dans les 24h suivant la prise de contact de l’Assurance Maladie. Lors de la visite, l’infirmier pourra m’aider à organiser mon isolement, me donner des conseils et me proposer de dépister les membres de mon foyer isolés avec moi. Il peut également identifier des besoins d’accompagnement social complémentaires et les transmettre à la préfecture du département. Aucune visite à domicile ne sera réalisée sans mon consentement.

Les cellules territoriales d'appui (CTAI) : une prise en charge coordonnée des personnes les plus fragilisées par la Covid-19

Lors de mes échanges avec l'Assurance maladie ou mon médecin traitant, je peux faire part de mes difficultés notamment pour m'isoler au sein de mon foyer vis-à-vis de mes proches surtout s'ils présentent des risques de forme grave de Covid-19, si ma situation ne me permet pas de suivre un isolement dans de bonnes conditions, si je suis incapable de subvenir à mes besoins de première nécessité durant mon isolement. En fonction des situations, les cellules territoriales d'appui (CTAI) qui réunissent au sein de chaque département différents représentants des services de l'Etat, des collectivités territoriales et des acteurs de la protection civile, pourront être mobilisées à la demande de l'usager. 

Selon votre situation, elle pourra ainsi vous proposer un accompagnement sanitaire, matériel et psychologique à l’isolement : aide aux démarches administratives, aide à domicile, repas, portage de courses ou médicaments, accès aux communications électroniques, soutien psychologique… Si l’isolement à domicile se révèle inadapté ou difficile à mettre en œuvre, elle pourra aller jusqu’à l’invitation à un transfert en centre d’hébergement dédié identifié.

Je vis mal l’isolement. Vers qui me tourner pour bénéficier d’un soutien psychologique ?

Si je vis seul, si je suis inquiet, si j’ai besoin de parler, je peux appeler le 0800 130 000. Cette plateforme téléphonique (appel gratuit depuis un poste fixe en France) permet d'obtenir des informations sur la Covid-19, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Je peux aussi me tourner vers des plateformes téléphoniques situées en Ile-de-France si je me sens déprimé ou si j’ai besoin d’un appui psychologique.

Aller plus loin

Mots clés