Réduction des inégalités sociales de santé : de nouveaux programmes soutenus par l’Agence

Actualité

L’ARS a lancé en 2022 une seconde programmation pour le déploiement d’actions structurelles qui interviennent concrètement sur les inégalités sociales de santé. Au total, 14 programmes répartis sur l’ensemble du territoire francilien seront soutenus pour un montant total de 1 793 281€.

Le contexte 

Initiée en 2021 avec un 1er appel à projets, la démarche de réduction des inégalités sociales de santé prévue par la mesure 27 du Ségur entend soutenir des programmes expérimentaux pouvant être transformateurs sur le terrain. l’ARS Ile-de-France finance des projets qui permettent de documenter en quoi les déterminants sociaux génèrent des mécanismes d’inégalités de santé, ou proposent des actions en promotion et prévention de la santé à destination des personnes modestes.

Les résultats 

Le financement de la démarche se répartit autour des 5 axes prioritaires de la façon suivante :

  • 229 980€ dédiés à des projets sur le lien entre le logement, l’habitat et les inégalités de santé ;
  • 526 100 € pour le financement de projets de recherche-action, abordant notamment le lien entre l’emploi précaire, les nouvelles formes de salariat et les inégalités de santé ;
  • 252 920€ fléchés sur des projets abordant l’impact des discriminations sociales sur la santé ;
  • 205 000€ sur des projets qui traitent du lien entre le numérique, l’accès aux nouvelles technologies d’information et de communication et les inégalités de santé ;
  • 579 000€ consacrés à des projets portant sur l’amélioration de l’équité en santé par l’intégration de l’accompagnement social dans la promotion de la santé.

Quelques projets illustratifs de la programmation

  • L’UNAFO (Union professionnelle du logement accompagné) met en place un programme destiné au renforcement du rôle des intervenants sociaux dans les actions de promotion de la santé auprès des personnes logées dans les structures adhérentes (résidences sociales, foyers de jeunes travailleurs, pensions de famille…) ;
  • Le PIMMS de Sevran déploie des actions de médiation numérique mobiles sur 6 Quartiers Prioritaires de la Ville pour accompagner les habitants en situation d’exclusion numérique dans les démarches en santé ;
  • Le CCAS de Grigny lance un projet de recherche-action sur la prise en compte de la santé mentale des ménages concernés par le relogement dans le cadre du plan de renouvellement urbain de Grigny 2.