Plan d’actions territorialisé pour faire face aux tensions hospitalières : focus sur les mesures déployées dans le Val-d’Oise

Actualité
Offre de soins

Début juillet, à la suite de la remise du rapport du Dr François Braun, une boîte à outils complémentaire a été mise à disposition des acteurs du système de santé pour déployer des mesures adaptées selon les besoins des territoires. L’ARS Île-de-France a fait le choix d’une réponse au plus près des besoins en déclinant les mesures au niveau départemental avec les acteurs de la santé du territoire

C’est le cas dans le Val-d’Oise où la délégation départementale de l’ARS, en concertation avec tous les acteurs, a mis en place des mesures pour contribuer à rendre la collaboration entre les acteurs de santé plus efficiente, et à définir une meilleure organisation, dans le but de répondre au mieux aux besoins des populations durant la période estivale.

Permettre aux médecins régulateurs généralistes en journée d'être collaborateurs occasionnels du service public

Depuis 2019, le département s’est doté d’une régulation libérale capable de réorienter les patients ayant appelé le 15, mais ne justifiant pas nécessairement d’une prise en charge en urgence, vers un médecin de ville disponible. Cette initiative originale est mise en place dans le cadre des recommandations Braun.

Par ailleurs, la Délégation départementale a lancé un appel aux médecins volontaires pour recevoir des patients en soins non programmés (patients hors patientèle) cet été. C’est près de 20 médecins qui ont répondu à cette demande en réservant des créneaux dans leurs agendas pour recevoir des patients adressés par la régulation libérale. Ainsi lorsqu’un patient ne peut être reçu par son généraliste, il peut appeler le 15 en cas d’urgence. Il sera alors réorienté si besoin vers un médecin généraliste participant aux soins non programmés (maisons médicales de garde (MMG), Points fixes de Garde, SOS médecins, médecins généralistes volontaires). 

Sécuriser la réponse aux soins non programmés

Dès la parution du rapport Braun, la délégation départementale de l’ARS du Val d’Oise a mis en place une organisation spécifique avec des maisons médicales de garde (MMG) et des points fixes de garde (PFG) du territoire, ouverts en semaine de 20h à 00h, samedi de 12h à 20h et dimanche/jours fériés de 8h à 20h. Deux PFG à Auvers-sur-Oise et Chaumontel peuvent désormais recevoir des patients en soins non programmés les samedi matins cet été.

Par ailleurs, les lignes de médecins généralistes dans les maisons médicales de garde de Pontoise et Argenteuil vont être doublées, augmentant ainsi les capacités de prise en charge sans rendez-vous.

Enfin, dans certains services d’accueil des urgences (SAU), il est proposé aux personnes qui nécessitent une simple consultation d’être reçues par un médecin généraliste. C’est par exemple le cas des hôpitaux d’ Argenteuil et de Pontoise.

Mobiliser les infirmier(e)s libéraux volontaires pour assurer une réponse aux soins non programmés

L’ARS 95 et la CPAM 95 travaillent avec l’URPS-Infirmiers à la structuration d’un support infirmier aux soins non programmés.

Dans le Val-d’Oise, sur sollicitation du SAMU ou de la régulation libérale, des infirmiers libéraux et salariés des centres de santé volontaires pourront se rendre au domicile d’un patient, notamment en EHPAD, afin d’évaluer la situation et de réaliser, si nécessaire, une téléconsultation assistée, un acte infirmier ou encore dispenser du conseil au patient. Cette initiative sera maintenue jusqu’au 30 septembre 2022.

Fluidifier le parcours de soins des patients au sein des établissements hospitaliers et médico-sociaux

Tous les hôpitaux du Val-d’Oise bénéficient, dorénavant de l’expertise de “bed managers” dont la mission est de connaître à chaque instant, la disponibilité des lits dans les établissements dont ils ont la charge. Ceci permet de fluidifier le parcours des patients et le cas échéant, d’identifier très vite des situations de tension nécessitant une réponse adaptée.

Par ailleurs, 16 EHPAD se sont inscrits dans le dispositif d'hébergement temporaire et proposent des places en sortie d’hospitalisation aux patients des établissements de santé Médecine, Chirurgie, Obstétrique (MCO) et de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR).

Optimiser le temps médical et augmenter les capacités de réponse à la demande de soins non programmés en ville

Pour faire suite à cette recommandation, la Présidente du Conseil départemental de l’Ordre des médecins a autorisé les médecins remplaçants à travailler en même temps que les médecins titulaires cet été, afin d’augmenter les effectifs et de pouvoir répondre à la demande de soins non programmés en ville.

Déployer le « Plan Maternité » dans le Val-d’Oise

Dès le 4 juillet, l’ARS Île-de-France a mis en place une cellule régionale d’appui au transfert des femmes sur le point d’accoucher, pour trouver des places dès lors que certaines maternités sont saturées.

En parallèle, une nouvelle cellule régionale est opérationnelle depuis le 25 juillet : sa mission est de recueillir les situations de femmes enceintes sans solution d'inscription ou de suivi de grossesse, via un dispositif régional / numéro unique. L’objectif étant de sécuriser les parcours des patientes, éviter/limiter les ruptures et le nombre de présentation à l’accouchement sans suivi préalable. Ce dispositif permet également d’optimiser dans un contexte de tension, le nombre de prises en charge dans des services de maternités adaptés à la situation des patientes.

La maternité de Gonesse sera pourvue d’un médiateur en santé pour accompagner les femmes enceintes/couples en difficulté pour se repérer dans le système de santé en périnatalité (lutter contre les inégalités sociales en santé) et améliorer la qualité de vie au travail des professionnels hospitaliers en facilitant la coordination des parcours et en soulageant les équipes médicales.

Renforcer l’offre des transports sanitaires urgents

Depuis le 1er juillet 2022, le nouveau cahier des charges de la garde ambulancière urgente est entré en vigueur. Il a en particulier pour objectif de renforcer le nombre de moyens ambulanciers urgents disponibles sur le Val d’Oise. Dorénavant, 16 véhicules sont postés garantissent une garde aussi bien de jour que de nuit sur les 4 secteurs du département.