Du côté des territoires : « La ronde des femmes », une coopération territoriale au service des femmes (75)

Actualité

Chaque semaine, l'Agence met en lumière un dispositif, un programme déployé sur le terrain par des acteurs de la santé publique partenaires dans le cadre de sa lettre d’information. Cette semaine, zoom sur le dispositif « La ronde des femmes » mis en place dans le 20è arrondissement de Paris.

Le projet de la ronde des femmes est né en 2013 d’une réflexion commune d’acteurs et actrices du 20è arrondissement œuvrant en faveur de la santé périnatale des femmes en situation de vulnérabilité dans des champs différents (centres sociaux, assistant-es social-es de l’Hôpital tenon, Atelier Santé Ville, associations…). L ‘ARS Île-de-France qui apporte un soutien financier à ce projet fait partie des acteurs participant à la réflexion depuis le commencement du projet. L’objectif est d’améliorer le parcours de périnatalité et l’accès aux soins des femmes fragilisées par leurs conditions de vie ou leur précarité économique vivant dans les quartiers populaires du 20è arrondissement de Paris.

Une démarche commune d’éducation populaire et de santé communautaire

Ce projet territorialisé et collaboratif implique, dans une démarche commune d’éducation populaire et de santé communautaire, trois structures du 20è arrondissement : la FASTI, les centres sociaux Archipélia et 20èChaise.

Un projet qui favorise la coopération des acteurs du territoire

Dès la démarche initiale, ces trois structures, dans le respect de l’autonomie et des compétences de chacune, ont eu à cœur de faire vivre une organisation qui permette la coopération et favorise la synergie avec les autres acteurs du territoire (médecins de ville, assistant-e-s sociaux-ales, bailleurs sociaux, habitant-e-s…), mais aussi avec les femmes concernées. C’est ainsi que ces dernières ont initié, en 2021, une rencontre centrée sur leurs besoins autour des questions du logement avec les professionnel(les) qui a rassemblé plus de 40 personnes en décembre 2021.

La mutualisation d’expérience féconde ainsi que cette démarche « d’aller vers » permet de favoriser le pouvoir d’agir des femmes et de réduire les ruptures de droits et de soins lors du parcours périnatal.