Covid-19 : L’ARS fait le point sur les actions mises en œuvre dans les EHPAD

Actualité
Autonomie et médico-social Santé publique
Date de publication
Visuel
Dans cette crise sanitaire sans précédent liée à l’épidémie de Covid19, les EHPAD sont confrontés à des défis majeurs pour protéger la santé de leurs résidents et de leurs personnels.

Pour soutenir l’ensemble des établissements qui accueillent des personnes âgées dépendantes, l’ARS Île-de-France a lancé, dès l’activation du plan bleu le 6 mars 2020, un important plan d’action.
Corps de texte

1- Protéger les résidents et les personnels

La protection des Ehpad contre le risque de contamination a constitué une priorité pour l’ARS Île de France dès l’apparition des premiers cas en France.
Depuis le 11 mars 2020, les visites aux personnes âgées dans les Ehpad sont interdites pour les protéger d'une infection au virus : 700 Ehpad sont concernés par les mesures, pour une population de 62 000 personnes âgées.

  • Des masques pour tous les personnels : le renforcement des dotations nationales de masques diffusés aux Ehpad, complétées par des dotations régionales complémentaires lorsque cela est nécessaire, permettent à tous les soignants des Ehpad franciliens de disposer de masques pour protéger leurs personnels et la santé des résidents.
  • Diffusion de recommandations professionnelles destinées à la mise en place de mesures de gestion dès la confirmation de cas, pour séparer les flux au sein de l’établissement et limiter les risques de contamination interne (mesures d’hygiène et de protection renforcées pour le personnel, confinement dans une aile ou un étage dédié des résidents symptomatiques, séparation stricte des circuits de distribution de linge, repas, médicaments, etc.).
  • Un plan de dépistage adapté et progressif rendu possible par l’augmentation des capacités de PCR : pour appuyer la stratégie de prévention et de prise en charge individuelle et collective, un plan ambitieux de dépistage PCR -  puis techniques sérologiques dès que celles-ci seront validées - est mis en place. Il permettra de tester progressivement sur la base de priorités au regard de la situation, l’entièreté des agents et des résidents des établissements, en mobilisant les laboratoires publics et privés et en lien avec les acteurs scientifiques.

2- Assurer des renforts massifs et immédiats 

Des moyens exceptionnels pour renforcer immédiatement les ressources médicales et soignantes des EHPAD :

  • Financement exceptionnel du passage à temps plein des médecins coordonnateurs
  • Financement de renforts médicaux, autant que de besoin, pour tous les EHPAD, y compris au-delà de leur plafond d’emploi
  • Appel au volontariat et financement exceptionnel par l’Assurance maladie de missions d’appui de jour et de nuit réalisées par des médecins libéraux, organisé en partenariat avec l’URPS médecin grâce à la plateforme soignereniledefrance.fr
  • Appel au volontariat et financement exceptionnel par l’Assurance maladie de missions d’appui de jour et de nuit d’infirmières libérales grâce au site inzee.care
  • Mobilisations des ressources de volontaires de la plateforme renforts-covid.fr
  • Mobilisation de 400 volontaires de la réserve sanitaire et des directeurs et attachés du centre national de gestion
  • Mobilisation des personnels médicaux et soignants de l’éducation nationale et de la Direction régionale du service médical de l’Assurance maladie

Ce sont des centaines de médecins et de soignants qui sont mis à disposition des EHPAD franciliens pour renforcer le suivi de leurs résidents.

3- Structurer un dispositif d'appui territorial permanent

  • Dispositif de recueil quotidien de la situation dans les établissements,
  • Mise en place d’une astreinte gériatrique dans chaque territoire : une astreinte gériatrique téléphonique dédiée, de 8 h à 19 h, 7 jours sur 7, portée par les filières gériatriques pour répondre aux sollicitations des EHPAD est organisée sur chaque territoire. Elle est relayée la nuit par la régulation SAMU – Centre 15, qui s’appuie sur une plateforme téléphonique régionale
  • Mise en place d’une ligne téléphonique dédiée pour traiter les questions liées à la fin de vie des résidents pris en charge en HAD, avec l’identification d’une ligne téléphonique mobilisant les acteurs des soins palliatifs de l’hospitalisation à domicile. Les professionnels ont un accès permanent à une concertation avec les médecins de ces ressources et peuvent bénéficier de prescriptions en l’absence de médecin traitant. Ces avis s’appuient sur les informations nécessaires (fiche PALLIA LATA, dossier de liaison unique, personne de confiance, directives anticipées).
    Pour les autres résidents, l’accès habituel aux réseaux de soins palliatifs a été étendu : les professionnels des EHPAD auront un accès 24/24 et 7/7 à leur expertise.
  • Diffusion à tous les EHPAD d’une « fiche de territoire » synthétique recensant les ressources territoriales disponibles à mobiliser en cas de besoin en astreinte gériatrique, soins-palliatifs, HAD et stratégie hygiéniste.
  • Dans chaque département, les délégations départementales de l’ARS appellent au moins deux fois par semaine chaque établissement pour s’assurer qu’il dispose des appuis et des moyens nécessaires. Une veille quotidienne régionale des situations les plus sensibles est organisée par l’ARS, et une conférence téléphonique bi-hebdomadaire est organisée avec les fédérations représentantes des ESMS.
  • Dispositif d’appui à la prévention et la réduction du risque infectieux et épidémique, en lien avec le Centre d’Appui à la Prévention des Infections Associées aux soins (CEPIAS) : 
    • Mise en place d’un dispositif de signalements dès le premier cas confirmé en EHPAD ;
    • Suivi par les Directions départementales de l’ARS de tous les établissements, pour détecter et accompagner les situations les plus critiques ;
    • Mobilisation en complément depuis le 30 mars de formateurs en hygiène intervenant en appui ; 
    • Si nécessaire, accompagnement au sein même des établissements par des infirmier(e)s hygiénistes.

4- Veiller au bon recours à l'hospitalisation 

Pour les résidents des EHPAD, le recours à l’hospitalisation peut être nécessaire. Cette décision doit être adaptée à chaque situation et prise de manière collégiale. Elle doit éviter au maximum le recours aux urgences et favoriser l’admission directe dans des services d’hospitalisation. 

  • La prise en charge est structurée avec l’appui de l’astreinte gériatrique, en étroite collaboration avec les filières gériatriques et les médecins des EHPAD. Les résidents pour qui l’hospitalisation est requise suite à une décision collégiale, sont orientés en unité de gériatrie aigüe, en soins de suite et de réadaptation (SSR) ou en unité de soins de longue durée (USLD).
  • Les sorties d’hôpital sont organisées sur les territoires des filières gériatriques, mobilisant le SSR, les USLD et les EHPAD. Pour ces derniers, l’ARS élargit la possibilité d’une nouvelle admission en EHPAD pour toutes les personnes âgées en sortie d’hospitalisation sans reste à charge (dans la limite de 90€/jour pris en charge par l’Assurance Maladie). Cette mesure d’hébergement temporaire vient en complément des actions mises en place par les Conseils départementaux, sur des capacités d’hébergement disponibles des établissements (y compris sur des places d’hébergement permanent).

5- Déployer des outils de télémédecine dans tous les EHPAD

L’accès à la télémédecine est généralisé à tous EHPAD franciliens.

L’ARS Île-de-France dote tous les EHPAD franciliens d’une tablette tactile permettant l’accès à la solution régionale de télésanté ORTIF, pour organiser la téléconsultation et la téléexpertise, notamment en lien avec les SAMU et les filières gériatriques.

6- Soutenir les équipes des EHPAD

Dans un contexte de protection et de confinement des résidents qui rend les conditions de travail plus difficile pour les salariés des EHPAD, une série de mesures sont mises en œuvre pour faciliter leurs conditions d’exercice.

  • Accès à l’hébergement : en sus de la plateforme AirBnB, des solutions d’hôtel et d’accueil territoriales sont proposées aux personnels en lien avec les préfectures.
  • Le recours aux taxis est autorisé pour les trajets entre le domicile et le travail pour les professionnels des EHPAD ayant des difficultés à effectuer leurs déplacements en transports en communs, notamment à des horaires décalés. Le coût de cette prestation taxi sera financé par l’assurance maladie.
  • Une plateforme d’aide et d’accompagnement psychologique est ouverte à tous les personnels soignants mobilisés dans la gestion de l’épidémie, mise en œuvre par l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé), accessible au numéro vert 0 805 23 23 36, 7 j / 7 et 24 h/24 et via l’application mobile « ASSO SPS » et la cellule d’urgence médico-psychologique du SAMU de Paris au 01 42 34 78 78.

Consulter également les doctrines régionales à destination des professionnels de santé ainsi que les recommandations du Ministère en charge de la santé

Aller plus loin

Liens utiles