Bilan à mi-parcours du PRSE3 : des avancées notables en Île-de-France

Actualité
Santé publique

Archivé

Depuis 2017, l’ARS et la DRIEE, en lien avec plus de 70 partenaires intervenant à différentes échelles territoriales, portent le PRSE3 qui ambitionne de mieux appréhender les impacts de notre environnement sur notre santé, dans une région où les inégalités sont fortes et les expositions au bruit, à la pollution de l’air et aux allergènes nombreuses.

Une approche multidisciplinaire ancrée dans les territoires

Le PRSE3 réunit une vingtaine d’acteurs régionaux engagée pour piloter 18 actions et 54 sous-actions dont la mise en œuvre implique plus de 70 partenaires, intervenant à différentes échelles territoriales. Cet ancrage territorial, véritable enjeu du PRSE3, est no­tamment recherché au travers du lancement de plusieurs appels à projets.

Ce PRSE3 comporte quatre axes stratégiques :

  1. La préparation de l’environnement de demain pour favoriser une bonne santé,

  2. La surveillance et la gestion des risques environnementaux liés aux activités humaines et de leur conséquence sur la santé,
  3. L’identification et la réduction des inégalités sociales et environnementales de santé,
  4. La protection et l’accompagnement des populations vulnérables.

Au total, les actions du PRSE3 permettent de balayer très largement les questions environnementales ayant des conséquences sanitaires – depuis la qualité de l’eau et de l’air, extérieur comme intérieur, jusqu’à la lutte contre les espèces allergisantes et les animaux vecteurs d’agents pathogènes (comme le moustique tigre), en passant par l’aménagement du territoire, la précarité énergétique ou encore le jardinage urbain.

Focus sur les avancées de quelques actions à mi-parcours du PRSE3

  • Faire émerger des projets collectifs et favoriser le partage de connaissance avec le réseau Îsée
    Lancé en juin 2019, le réseau ÎSEE (Île-de-France santé environnement) fédère déjà plus de 80 membres dont des associations, administrations, collectivités, professionnels de santé, établissements de santé, équipes de recherche et bureaux d’étude… réunis dans un réseau d’échanges et de collaboration. En l’espace d’une année, le réseau a su développer un outil de partage de connaissances, d’élaboration en commun, de regroupement dans des journées régionales et plus récemment de débats sous la forme de conférences en vidéo (les Conf’ISEE). 7 projets collaboratifs sont terminés ou en cours sur la qualité de l’air, l’aménagement territorial, la biodiversité, la santé des enfants, l’impact des perturbateurs endocriniens.

    Les 23 et 24 novembre, Îsée a tenu, en ligne, son grand évènement annuel consacré au lien entre biodiversité et santé.

  • Lutter contre les inégalités sociales et environnementales aux côtés des territoires
    Pour explorer de nouvelles formes d’action et agir efficacement auprès des populations exposées, plusieurs appels à projets et appels à manifestation d’intérêt ont été lancés depuis le lancement du PRSE3.

    C’est ainsi, dans la perspective d’ accélérer l’émergence de projets d’urbanisme favorable à la santé et contribuer à la création d’une communauté « Santé, Environnement et Aménagement Durable » francilienne, que l’ARS et l’ADEME ont lancé un appel à manifestation d’intérêt sur ce thème en 2019.

    Au total, un soutien financier et méthodologique de 45 acteurs franciliens dont des collectivités territoriales, des associations et des établissements publics a été mis en place au travers de cinq appels à projet dans le cadre de plusieurs actions du PRSE. Ce sont au total 900 000 euros attribués aux projets afin de développer des actions adaptées aux territoires.

  • Développer de nouvelles stratégies d’intervention en promouvant la recherche
    En lien avec l’INERIS, le PRSE3 soutient une étude sur les émissions atmosphériques de dioxines et furanes bromées lors des feux de déchets. Souvent, lors d’incendies de sites industriels, est posée la question de la dangerosité des fumées émises. Des essais de brûlage de matériaux ont été menés afin d’améliorer les connaissances sur les émissions de dioxines et furanes bromées lors de feux de déchets. Les résultats de cette étude apportent des éléments utiles pour la définition de stratégie de prélèvements et d’analyses en situation post-accidentelle après un incendie selon les matériaux brûlés.

    Afin de poursuivre l’étude des émissions de dioxines et furanes bromées dans les divers procédés de traitement thermique de déchets, des industriels franciliens ont accepté de participer en 2021, à des essais de caractérisation de ces composés dans leurs émissions atmosphériques.

 

Le rapport complet du bilan à mi-parcours ainsi que le livret de synthèse sont téléchargeables ci-dessous ou accessibles sur le site du PRSE3 Île-de-France.