La santé avance en Île-de-France

Grève aux urgences - 5 axes pour améliorer la qualité de la prise en charge et des conditions de travail

Communiqué de presse
Visuel
Communiqué de presse
Grève des services d’urgences : L’ARS Île-de-France formule 5 propositions pour améliorer la qualité des prises en charge et la qualité de vie au travail des professionnels des urgences.
Corps de texte

Aurélien Rousseau, Directeur général de l’Agence régionale de santé Île-de-France, a réuni ce jour les organisations syndicales représentant les personnels hospitaliers des urgences ainsi que le Collectif inter urgences, en présence de la Fédération hospitalière de France, de la Direction générale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, et de représentants des organisations professionnelles de médecins urgentistes. 

Dans le contexte de la mobilisation en cours dans les services d’urgences, le Directeur général de l’ARS souhaitait présenter aux représentants des professionnels des urgences les mesures prises en Ile-de-de-France pour mettre en œuvre les annonces de la Ministre des solidarités et de la santé, ainsi qu’un certain nombre de propositions spécifiques pour soutenir les services d’urgences et améliorer la situation à moyen et plus long terme. 

Dans la suite des mesures présentées le 14 juin par la Ministre de la santé et des solidarités, le Directeur général de l’ARS Île-de-France, a précisé la méthodologie et le calendrier d’allocation des crédits exceptionnels annoncés pour soutenir les services d’urgences pendant la période estivale. La situation prévisionnelle pour cet été, telle qu’elle a été remontée à l’ARS par les établissements de santé de la région, a fait apparaître des demandes importantes pour assurer la prise en charge dans l’ensemble des services d’urgences de la région. Le Directeur général de l’ARS a annoncé que l’intégralité de ces besoins seraient couverts, par l’enveloppe de crédits ministériels fléchés et, si nécessaire, par des crédits du fonds d’intervention régional. 

Au-delà de ces mesures dédiées à la période estivale, le Directeur général de l’ARS a formulé 5 propositions structurantes à l’échelle de la région. Celles-ci ont pour objectifs d’instaurer dans les établissements une démarche qualité ambitieuse pour les services d’urgences adossée sur une évaluation rigoureuse de l’efficacité de ces mesures, pour améliorer la qualité des prises en charge et la qualité des conditions d’exercice des professionnels des urgences. 

Axe 1 : Un contrat d’objectif « Zéro brancard » dans les couloirs des services d’urgences en Île-de-France pour les patients en attente d’hospitalisation

Désengorger les urgences et améliorer leur aval, passe par un travail qui ne concerne pas uniquement les Services d’accueil des urgences, mais qui mobilise plus largement l’ensemble des services des établissements de santé. C’est pourquoi l’ARS va définir d’ici la fin de l’année, avec les établissements de la région, des indicateurs contractualisés pour fluidifier l’aval des urgences, avec un objectif de résultat de « zéro brancards » dans les services d’urgences pour des patients en attente d’hospitalisation. L’atteinte de l’objectif sera accompagnée d’une incitation financière pour les établissements, qui sera fonction de leur capacité à l’atteindre rapidement, et au plus tard dans les 3 ans.

Dans le cadre de ce travail de contractualisation qui sera mené à l’échelle de chaque Groupement hospitalier de territoire (GHT) et avec l’AP-HP, la question d’une éventuelle adaptation des capacités de lits d’aval utiles pour les patients issus des urgences, ainsi que des capacités d’aval pour les services d’aval des urgences, sera étudiée. 

Axe 2 : Une enquête régionale du bien-être au travail dans les structures d’urgences

Il ne peut y avoir de qualité des soins sans qualité de vie au travail. L’évaluation de ce bien-être doit se faire avec les personnels. Cette enquête sur le bien-être qui sera lancée dès la rentrée va permettre de poser un diagnostic partagé et d’identifier les actions prioritaires, notamment en ergonomie du travail.

Axe 3 : Un comité d’experts soignants pour suivre les pratiques et identifier les besoins des personnels des urgences

L’ARS Île-de-France créera dès septembre 2019 un comité régional des soignants des urgences composé d’experts représentatifs et expérimentés. Ce comité aura pour mission de dresser le contour des protocoles de coopération entre personnels médicaux et soignants, d’observer les pratiques et organisations des services d’urgences pour identifier les organisations vertueuses et les promouvoir, d’étudier la possibilité d’intégrer des infirmiers de pratique avancée dans les services d’urgences et de favoriser la recherche en soins infirmiers.

Axe 4 : Une mission relative au renforcement de l’amont des urgences

Mieux maîtriser l’activité aux urgences nécessite de mener un travail approfondi sur les entrées, l’amont. À cette fin, ARS Île-de-France a missionné deux acteurs de la ville et de l’hôpital, les Dr. Georges Siavellis et Patrick Pelloux : ils ont pour mission d’élaborer un diagnostic territorial de l’offre et de l’utilisation des soins non programmés, afin de définir notamment des territoires en carence, d’accompagner différents projets ou expérimentations de dispositifs de prise en charge des soins non programmés et de participer aux réflexions dans l’amélioration de l’articulation de la ville et de l’hôpital sur le champ des soins non programmés.

Axe 5 : Harmonisation des pratiques en matière de rémunération du travail temporaire

Le manque de personnels implique le recours croissant aux remplacements de courte durée. Ce recours à l’intérim, s’il est nécessaire, ne doit pas se traduire par une surenchère et la mise en concurrence des établissements.

L’ARS va engager avec l’AP-HP et la FHF un travail sur la rémunération du travail temporaire en mettant sur pied un observatoire des pratiques tarifaires dont une des finalités est l’élaboration d’une charte de bonnes pratiques et la mise en visibilité des pratiques de chaque établissement.

 

Les différents acteurs réunis ce jour seront régulièrement conviés par l’ARS Île-de-France pour suivre la mise en œuvre de l’ensemble de ces propositions.

Aller plus loin

Mots clés