La santé avance en Île-de-France

Expérimentations

Article
L'ARS favorise l'innovation afin d’apporter une meilleure réponse aux besoins des Franciliens et d’accompagner les personnes fragiles dans les meilleures conditions.
Corps de texte

Structure de répit autisme (Paris-75) 

En 2012, l’ARS Île-de-France a lancé un appel à projet pour créer un service expérimental de répit de 12 places. Ce service est destiné aux enfants à partir de 6 ans et aux adultes reconnus handicapés par la CDAPH, quel que soit le handicap. La commission de sélection confie l’autorisation à la Fondation Rothschild.

L’un des axes forts commun au Schéma Départemental pour l’autonomie 2012-2016 et au Schéma Régional d’Organisation Médico-sociale 2012-2017 consiste à prendre en compte la problématique émergente de l’aide aux aidants et de développer des solutions d’accueil temporaire qui présentent les possibilités suivantes :

  • Soit un moment de répit pour les aidants de personnes à domicile ;
  • Soit une solution temporaire dans l’attente d’une place en foyer, comme passerelle entre le domicile et l’établissement.

Equipe mobile pour personnes sans solution (Essonne – 91)

Adapter l’offre à la demande est un des grands axes du Schéma d’organisation médico-sociale (SROMS). Cette exigence fait apparaître la nécessité de mettre à disposition de nouveaux outils pour toujours mieux répondre à une adéquation besoins / moyens. La diversité des handicaps et des éventuelles pathologies associées entrainent souvent des cas complexes qui génèrent des situations sans solution.

C’est dans cette démarche que l’ARS Île-de-France a lancé en 2013 un appel à projet pour la création d'un dispositif expérimental dans le département Essonnien. Cette équipe mobile pluridisciplinaire, porté par l’association L’ADAPT Essonne et le Réseau de santé mentale d’Evry (RSME), constitue un outil complémentaire au droit à l’accès à une prise en charge adaptée.

Par son activité transversale auprès des familles, des usagers et des établissements, l’équipe mobile, renommée E.M.A 91, a vocation à faciliter l’insertion ou la réinsertion des personnes en situation de handicap dans leur parcours de vie.

Télémédecine polyhandicap

Le projet de télémédecine polyhandicap est une démarche innovante, réalisée sur 11 sites (9 ESMS et 5 sites de l’AP-HP), pour des enfants et adolescents polyhandicapés pris en charge en ESMS et ayant également un suivi en neuro-pédiatrie. Il est porté par le Comité d'Etudes, d'Education et de Soins Auprès des Personnes Polyhandicapées (CESAP) et échelonné sur 3 ans (2014-2017).

Pour l’enfant, il est notamment attendu de l’activité télémédecine une meilleure qualité et régularité du suivi médical spécialisé, un nombre moindre d’hospitalisations en urgences, moins de déplacements, une meilleure interaction entre le sanitaire et le médico-social avec notamment un télé-dossier médical partagé.

Pour l’ESMS, l’activité de télémédecine doit permettre une adaptation de traitement, une surveillance d’évolution, une préparation d’hospitalisation ou bien une consultation de suivi, ainsi qu’un relai pour des avis multidisciplinaires (nutrition, pneumologie, rééducation, psychiatrie…).

L’Unité de recherche clinique en économie de la santé (URCéco) est mandaté par l’ARS pour évaluer le service médical rendu ainsi que son coût, en vue d’une éventuelle pérennisation et généralisation.

Aller plus loin

Mots clés

Handicap Autisme Personnes en difficulté spécifique SI et télémedecine