Du 1er mai au 30 novembre : surveillance renforcée du moustique tigre

Actualité
Santé publique
photo d'un moustique tigre posé sur une main

Comme chaque année, le 1er mai 2022 marque le début de la saison de surveillance renforcée du moustique tigre. L’objectif des autorités sanitaires : limiter son implantation et prévenir le risque de dissémination des virus dont il peut être le vecteur (ex : dengue, chikungunya, zika).

Pourquoi une surveillance renforcée pendant la période d’activité du moustique tigre ?

Les autorités surveillent l'implantation du moustique tigre en raison de sa capacité de transmettre des maladies tropicales après avoir piqué des personnes malades (on dit qu’il est “vecteur” de maladies).

Un dispositif de surveillance renforcée est mis en place du 1er mai au 30 novembre car il s’agit de la période d’activité du moustique tigre. Ce dispositif repose sur 3 axes :

  • une surveillance des populations de moustiques : elle est renforcée à partir du 1er mai dans les zones où le moustique est présent ou susceptible de s’implanter (au moyen de pièges pondoirs et grâce aux signalements des particuliers) ;

>> Signaler la présence de moustiques tigres

  • une surveillance des malades : l’ARS est informée via les professionnels de santé des cas de Dengue, Chikungunya ou Zika qui surviennent dans la région. Grâce aux informations données par les malades, l’ARS peut orienter ses actions pour empêcher la survenue  d’un cas autochtone (ce qui ne s’est jamais produit dans la région) ;
  • une sensibilisation des personnes résidant dans les zones où la présence du moustique est avérée : il s'agit d'éliminer toutes les sources d’eau stagnantes, propices à la reproduction des moustiques, afin de limiter le risque de transmission.

>> En savoir plus sur la période de surveillance du moustique tigre et les gestes à adopter pour éviter sa prolifération

La surveillance du moustique tigre en 2022, un enjeu particulier en Île-de-France

La crise sanitaire liée au Covid-19 a impacté la surveillance du moustique tigre en 2021, et 17 nouvelles communes ont ainsi été colonisées. 20% des Franciliens vivent désormais dans un territoire colonisé par le moustique tigre.

>> Retrouver les communes colonisées par le moustique tigre en Île-de-France

Le retour progressif à la normale suite à la crise du Covid-19 marque la réouverture de la majorité des pays. Cela laisse présager une forte reprise des voyages internationaux, et avec eux une hausse significative du nombre de cas de maladies à transmission vectorielle (ex : dengue, chikungunya) à traiter. Dans ce cadre, il est important que les voyageurs se protègent et que les professionnels de santé soient prêts à reconnaître les signes de ces diagnostics potentiels.

>> Quelles précautions prendre pour voyager ?

Enfin, l’Île-de-France est une région en forte mutation urbaine et la prévention du moustique tigre passe par la gestion de l’urbanisme et des espaces naturels. Elle doit donc s’inscrire à la fois dans les actions de lutte contre le changement climatique et dans des projets d’urbanisme favorables à la santé.

>> Comment agir en tant que commune ou professionnel de santé ?

Aller plus loin