La santé avance en Île-de-France

Dites non au diabète : un programme de prévention expérimenté en Seine-Saint-Denis

Actualité
Santé publique
Date de publication
Visuel
Gros plan sur un auto test de diabete
La Seine-Saint-Denis (93) fait partie des trois territoires d'expérimentation de ce programme de prévention du diabète destiné aux 45-70 ans.
Corps de texte

Dites non au diabète est un programme innovant et ambitieux de prévention du diabète. Il est destiné à éviter la survenue de la maladie chez des personnes à risque, récemment intégrée au Plan national de santé publique. Il vise à encourager la pratique d’une activité physique régulière, améliorer ses habitudes alimentaires, réduire un surpoids ou une obésité, et maintenir ces résultats dans le temps.

Une expérimentation sur trois territoires ciblés

Le ministère des Solidarités et de la Santé, le ministère des Sports, l’Assurance Maladie, la Mutualité Sociale Agricole, les Agences régionales de santé des trois territoires, Santé Publique France, en partenariat avec la Fédération Française des Diabétiques, la Société Francophone du Diabète, et le Collège de la Médecine Générale, expérimentent le programme sur trois départements : La Réunion, le Bas-Rhin et la Seine-Saint-Denis.

L’objectif est de recruter 10 000 participants sur ces trois départements. Après évaluation, l’expérimentation est susceptible d’être généralisée sur la France entière.

À qui est destiné le programme ?

Le programme s’adresse aux personnes âgées de 45 à 70 ans à haut risque de développer un diabète : avec une glycémie à jeun comprise entre 1,10 et 1,26g/l, un surpoids (indice de masse corporelle – IMC - supérieur ou égal à 25 kg/m²).

On estime que 51 000 personnes sont à risque élevé de diabète en Seine-Saint-Denis.

Le déroulement de l’expérimentation

Une campagne d’information est effectuée auprès de la population de ces départements avec l’aide des professionnels de santé et des structures de proximité (établissements sociaux, centres d’examens de santé, centres de santé, centres d’hébergement, service de santé au travail). Les assurés sociaux sont informés de l’existence de ce programme par leur caisse d’assurance maladie et incités à évaluer leur risque de développer un diabète grâce au questionnaire FINDRISC. En fonction du résultat du questionnaire, ils sont invités à consulter leur médecin traitant.

Le médecin traitant détermine avec chaque patient s’il est éligible, lui explique le dispositif et, avec son accord, l’inscrit au programme. Un participant ne peut pas s’inscrire sans avoir consulté au préalable son médecin traitant. Celui-ci peut suivre l’évolution de son patient dans le programme.

La participation au programme Dites non au diabète est gratuite, entièrement financée par l’Assurance Maladie et basée sur le volontariat.

Ce programme vise à amener chaque participant à :

  • pratiquer une activité physique régulière : au moins 30 min d’activité physique par jour, au moins cinq jours par semaine ;
  • adopter une alimentation équilibrée ;
  • obtenir une réduction de 5 % à 7 % de son poids initial ;
  • et à maintenir ces gains dans la durée.

Les opérateurs désignés en proximité des lieux de vie des participants dispensent cet accompagnement intensif par des intervenants formés, abordant trois thématiques : activité physique, alimentation et accompagnement motivationnel selon un cahier des charges précis.

L’accompagnement s’inscrit dans la durée et se compose :

  • d’un entretien individuel d’engagement à participer au programme, dans un délai de 15 jours suivant l’inscription du participant ;
  • de séances collectives d’information et soutien en petits groupes sur une durée de 10 à 12 mois ;
  • d’une session de maintien des acquis l’année suivante.

Les opérateurs sélectionnés en Seine-Saint-Denis

  • Patientys
  • Stimul

L’Assurance Maladie, dans le cadre de cette expérimentation, est chargée de coordonner le parcours du participant tout au long du programme.

En Seine-Saint-Denis, le programme Dites non au diabète a démarré le 23 avril 2018.

Aller plus loin

Mots clés