La santé avance en Île-de-France

Démographie médicale : franc succès pour le post-internat francilien

Actualité
Date de publication
Visuel
Un groupe de médecins à l'hôpital
Crédit : Fotolia
Déployés par l’ARS Île-de-France en 2014, les postes d’assistants spécialistes à temps partagé (ASP) et d’assistants universitaires de médecine générale (AUMG) visent à dynamiser le post-internat francilien et à renforcer la démographie médicale au sein des territoires fragiles. Deux ans après la signature des premiers contrats, le succès est au rendez-vous.
Corps de texte

Depuis 2014, les postes d’assistants spécialistes à temps partagé (ASP) et d’assistants universitaires de médecine générale (AUMG) donnent aux médecins franciliens fraîchement diplômés l’opportunité de parfaire leur formation. Pour l’ARS, il s’agit également de répondre aux besoins en santé des territoires. Trois ans et trois appels à candidatures plus tard, le succès est au rendez-vous : malgré une augmentation du nombre de postes (de 6 en 2014 à 15 en 2016 pour les AUMG et de 15 à 46 pour les ASP), l’ARS n’arrive plus à satisfaire toutes les candidatures.

AUMG : trois contrats déjà renouvelés

Partageant leur temps entre une structure de soins (cabinet, maison de santé) et l’université, où ils mènent des activités d’enseignement et de recherche, les assistants universitaires de médecine générale viennent étayer l’offre en médecine de premier recours dans les territoires fragiles. «Ils ont également vocation à renforcer les départements universitaires de médecine générale qui accueillent davantage d’étudiants que tous les autres, mais qui manquent d’encadrants pour gérer les internes», commente Marie Molinier, chargée de mission au sein de l’ARS. Les facultés de médecine franciliennes ont rapidement adhéré au projet. En 2016, toutes ont répondu à l’appel à candidatures et obtenu le financement de deux AUMG. Toujours en 2016, trois contrats passés en 2014 ont été renouvelés, preuve que le dispositif séduit également les jeunes médecins et les structures de soins. «Certaines d’entre elles accueillent déjà des internes et des externes, contribuant ainsi au développement des maîtres de stage universitaires en médecine générale», constate Marie Molinier.

ASP : des recrutements effectifs

S’adressant à un public plus large que les AUMG, la fonction d’assistant spécialistes à temps partagé (ASP) concerne l’ensemble des spécialités médicales. L’objectif ? Soutenir les équipes hospitalières de la grande couronne en difficulté de recrutement. Le dispositif doit renforcer l’attractivité des postes à pourvoir en proposant aux jeunes médecins de travailler à la fois pour un centre hospitalier et un centre hospitalier universitaire. À terme, l’ARS souhaite amener les jeunes médecins à pérenniser leur collaboration avec les établissements en grande périphérie de Paris. «Des recrutements ont déjà eu lieu, rapporte Peggy Lambourde, chargée de mission au sein de l’ARS. Ce qui montre que le dispositif convient à l’ensemble des parties prenantes.» Les établissements sont d’autant plus satisfaits que, soulignent-ils, les ASP ont contribué au renforcement des coopérations médicales, d’enseignement et de recherche entre l’hôpital général et l’université.

En route pour une 4e vague

Poursuivant sur sa lancée, l’ARS organise, en 2017, un quatrième appel à candidature pour chaque dispositif. Contrairement aux années précédentes, les futurs ASP devront signer une lettre d’engagement, jointe au dossier de candidature, au même titre que les deux établissements partenaires. «L’objectif est de favoriser une connaissance commune des engagements de chacun. De plus, dans le cadre d’une proposition de poste pérenne, cet engagement peut constituer un préalable à l’organisation prévisionnelle des ressources médicales des établissements partenaires», souligne Fabienne Laferrère, responsable du département des parcours professionnels en santé de l’ARS. Dans la même optique, les prétendants au poste d’AUMG et les structures de soins sont invités à candidater aux côtés des universités. Enfin, l’ARS a mis en ligne des fiches de poste, jointes aux appels à candidatures, afin de répondre aux questions, de plus en plus nombreuses, des médecins et structures de soins intéressés par l’un des deux dispositifs. 

Aller plus loin

Liens utiles

Bloc Liens Utiles