La santé avance en Île-de-France

L’ARS Île-de-France pleinement mobilisée pour améliorer le repérage précoce et l’accompagnement des personnes autistes

Communiqué de presse
Visuel
Communiqué de presse - visuel générique
A l’occasion du 2 avril, journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, l’Agence régionale de santé Île-de-France réaffirme ses engagements pour développer et transformer l’accompagnement des personnes autistes, en application de la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement 2018-2022 et détaille les perspectives 2019.
Corps de texte

L’Agence régionale de santé impulse une nouvelle dynamique - en lien avec ses partenaires  sanitaires, médico-sociaux, institutionnels (MDPH, Conseils départementaux, Education nationale et Rectorats, CPAM, Collectivités territoriales) - et annonce un programme d’action exigeant pour l’émergence rapide de nouvelles solutions en Île-de-France.

Améliorer le repérage et le diagnostic précoce

Le développement de  plateformes de coordination et d’orientation (PCO) permettra d’améliorer le repérage et le diagnostic de l’autisme et des troubles du neurodéveloppement. Ces PCO proposeront, sur prescription médicale, de bénéficier d’un bilan rapide et d’accompagnements précoces, entièrement remboursés, mis en œuvre par la plateforme elle-même et les professionnels de ville libéraux. 3 PCO sont actuellement en cours d’identification (75, 77 et 95 Est) pour une mise en œuvre dans les mois qui suivent, 6 PCO seront identifiées fin 2019 pour une mise en œuvre 2020, et tous les départements franciliens auront des porteurs identifiés à fin 2020.

Ces plateformes viendront structurer et renforcer le parcours de diagnostic et d’évaluation construit précédemment en Île-de-France autour de l’action complémentaire de 2 dispositifs :

  • Les centres de diagnostic et d’évaluation autisme pour les enfants, portés par des centres hospitaliers : il en existe 8 en Île-de-France qui représentent une ressource experte permettant de réaliser des diagnostics complexes ;
  • Les plateformes de diagnostic autisme de proximité (PDAP), déployées par l’ARS Île-de-France pour proposer une réponse de proximité aux familles, et réduire les délais d’attente encore trop longs dans les centres de diagnostic. Portées par des centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP), ces PDAP sont constituées d’équipes pluridisciplinaires, formées aux outils de diagnostic et d’évaluation, conformément aux recommandations de bonnes pratiques. Elles assurent les diagnostics de première intention et l’accompagnement des familles. 6 sont opérationnelles dans 5 départements et la totalité des territoires sera couverte en 2020.

Développer l’inclusion dans tous les domaines 

L’ARS Île-de-France a fait de l’inclusion un objectif prioritaire pour le développement de l’offre à destination des personnes vivant avec un handicap, dont les personnes autistes.

A l’école, en lien étroit avec les 3 rectorats des académies :

  • 12 unités d’enseignement maternelle autisme (UEMA) sont déjà en fonctionnement
  • 34 nouvelles UEMA ouvriront d’ici 2022, dont 8 au moins en 2019
  • 1 unité d’enseignement en élémentaire autisme existe déjà et 7 supplémentaires ouvriront en septembre 2019
  • 16 nouveaux dispositifs d’appui à la scolarisation de l’enfant autiste ont été proposés par les porteurs des UEMA et démarreront leur action dans les prochains mois : des projets passerelle entre l’UEMA et l’élémentaire, des solutions de soutien en collège et au lycée, une équipe mobile proposant des actions de sensibilisation auprès du personnel enseignant, du soutien à l’équipe pédagogique et un appui constant pour prévenir les risques de rupture de parcours…

Dans la vie sociale

  • 1 appel à candidature concernant le développement de 16 nouveaux groupes d’entraide mutuelle (GEM), notamment pour les adultes autistes, courant 2019.

Dans la vie professionnelle

  • 15 dispositifs d’emploi accompagné ont été désignés en 2017 et 2018 en Île-de-France et sont accessibles aux personnes avec autisme. L’objectif pour 2019 est d’accompagner plus de 600 parcours.

Dans le logement

8 dispositifs d’habitat inclusif existent déjà en Île-de-France et 1 nouvel appel à candidatures sera lancé en 2019 pour le déploiement d’au moins une solution d’habitat inclusif pour adultes autistes dans chaque département.

Développer l’offre en faveur des personnes autistes

4 000 places (en établissements et services) sont actuellement proposées dans la région d’une part pour accompagner l’inclusion et d’autre part pour répondre aux besoins d’hébergement et de soins. En cinq ans, plus de 1 500 places nouvelles, dédiées à l’autisme, ont été autorisées et témoignent d’une dynamique forte de développement de l’offre francilienne.

Pour susciter encore un plus grand développement de réponses nouvelles, innovantes et inclusives pour les personnes en situation de handicap, l’ARS Île-de-France a mené pendant l’année 2018 un appel à manifestation d’intérêt. La grande mobilisation des acteurs tant sanitaires que médico-sociaux a permis l’émergence de 1 000 solutions nouvelles pour les personnes avec autisme.

Parmi elles :

  • des solutions pour l’inclusion des enfants (sessad précoce, instituts médico-éducatifs (IME) « hors les murs », plateformes de scolarisation, transformation d’IME en plateformes multiservices pour proposer un accompagnement diversifié et adapté aux besoins des enfants, appartements tremplin pour les adolescents, cafétéria inclusive pour adolescents et jeunes adultes…)
  • des solutions pour l’inclusion des adultes (développement de l’accueil de jour, établissements d’accueil médicalisés « hors les murs », projets passerelle pour faciliter l’entrée dans la vie professionnelle …).

La majorité de ces solutions seront opérationnelles dès 2019, toutes le seront en 2021.

Accompagner les situations complexes

Pour éviter les ruptures de parcours, l’ARS Île-de-France a développé un dispositif complet d’accompagnement des situations complexes qui vient en soutien au dispositif d’orientation permanent porté par les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), en partenariat avec l’ensemble des acteurs de la Réponse accompagnée pour tous (Assurance Maladie, Education nationale, Conseils départementaux). Ce dispositif se structure grâce à la mobilisation conjointe d’acteurs sanitaires et médico-sociaux :

  • la création et le renforcement de 3 équipes mobiles spécialisées dans les situations complexes de TSA - les Unités mobiles interdépartementales (UMI) - qui interviennent, en appui aux familles et aux structures médico-sociales et sanitaires ;
  • le financement de l’unité d’hébergement d’urgence de la Pitié Salpêtrière (USIDATU) qui intervient, en lien avec les UMI, pour accueillir les situations les plus complexes et permettre la réalisation de bilans somatiques ;
  • la création de 4 unités d’hébergement renforcé répondant aux besoins des personnes en situations complexes (troubles du spectre autistique avec troubles du comportement), qui ouvriront fin 2019 ;
  • le déploiement de 4 nouveaux dispositifs intégrés (s’inspirant du modèle des MAIA pour personnes âgées) pour faciliter le parcours, notamment des personnes autistes, et qui permettront dès 2019, la couverture de l’ensemble des territoires.

Aller plus loin