La santé avance en Île-de-France

Anciennes plaines d’épandage des Yvelines et du Val-d’Oise : renforcement du dispositif sanitaire

Communiqué de presse
Santé publique
Visuel
Communiqué de presse
Quatre mois après la publication le 15 octobre des résultats de l’étude sanitaire portant sur de possibles conséquences sur la santé des anciennes pratiques d’épandage sur les plaines des Yvelines et du Val-d’Oise, l’ARS Île-de-France fait le point sur les actions mises en œuvre et renforce son dispositif sanitaire.
Corps de texte

Bilan des plombémies prescrites

En octobre, l’ARS a adressé un courrier à plus de 500 professionnels de santé de la zone : médecins généralistes, pédiatres, gynécologues, sages-femmes, centres de PMI, établissements de santé, centres de santé. Ce courrier leur demandait de faire preuve d’une vigilance renforcée, d’identifier les risques d’exposition liée à la contamination des sols par le plomb chez leurs patients les plus sensibles et de prescrire une plombémie le cas échéant.

Ces actions ont permis d’identifier deux cas problématiques sur la commune de Carrières-sous-Poissy : un cas de saturnisme infantile et une femme enceinte dont l’imprégnation au plomb est supérieure à 50 µg/litre de plomb dans le sang.

Cette opération de sensibilisation a permis d’accroître le nombre de plombémies réalisées chez les enfants résidant dans les communes concernées par cette pollution des sols. Ainsi, entre le 15 octobre et le 31 janvier 2019, 49 plombémies ont été réalisées, soit en 3 mois, plus qu’en 2016 et 2017 réunis. Le nombre de plombémies a également augmenté chez les femmes enceintes.

Cette augmentation montre la mobilisation des professionnels. Néanmoins, le nombre de plombémies reste faible au regard du bassin de population concerné.  Selon le docteur Marc PULIK, Délégué départemental de l’ARS dans les Yvelines, « le cas de saturnisme infantile identifié à Carrières-sous-Poissy appelle à intensifier notre incitation au dépistage, en particulier chez les enfants ».

L’ARS renforce son dispositif

L’ARS renforce son dispositif d’intervention au regard des plombémies observées :

  • A Carrières-sous-Poissy : un courrier va être transmis aux familles et aux professionnels de santé pour que soit réalisée une plombémie chez les enfants de moins de 6 ans. Les femmes enceintes et autres populations à risque sont également concernées par cette recommandation de dépistage.
  • Dans les 18 autres communes de la zone : un renforcement du dispositif d’incitation au dépistage des populations à risque est déployé auprès des professionnels de santé, et ce dans la continuité des actions initiées en octobre. Un nouveau courrier leur sera adressé en ce sens.

Ce dépistage (consultation, prélèvement sanguin et dosage de la plombémie) est pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie pour les enfants et les femmes enceintes.

Pour chaque cas de saturnisme identifié, l’ARS mène une enquête visant à identifier l’ensemble des sources d’exposition afin de prendre les mesures appropriées pour réduire le risque d’intoxication au plomb et de ramener la plombémie à un niveau inférieur au seuil de vigilance.

Enfin, l’ARS a mis en place un comité scientifique composé d’experts externes à l’Agence, d’un médecin pédiatre en activité libérale, d’un médecin pédiatre en activité hospitalière, d’un médecin toxicologue, d’un expert en évaluation du risque sanitaire et d’un expert en risque environnemental. Sa mission consiste à faire des propositions opérationnelles quant aux mesures de dépistage à entreprendre, propositions qui irriguent ensuite le dispositif sanitaire porté par l’Agence.

Par ailleurs, l’ARS rappelle que des mesures hygiéno-diététiques permettent de prévenir efficacement le risque d’exposition au plomb :

  • veiller au respect des gestes habituels d’hygiène des mains (lavage fréquent, particulièrement avant les repas et après un contact avec les sols, ongles courts) ;
  • nettoyer régulièrement, avec une serpillière humide, les sols intérieurs, les balcons et terrasses ainsi que le rebord des fenêtres ;
  • varier la provenance des fruits et légumes ;
  • veiller à un bon équilibre alimentaire pour éviter les carences en fer et en calcium qui favorisent la fixation du plomb dans l’organisme ;
  • nettoyer et éplucher les fruits et légumes cultivés dans les jardins, fruits et légumes qui peuvent continuer d’être consommés.

En savoir plus

La plombémie est le dosage du plomb dans le sang. Le dosage sanguin est le seul moyen fiable de confirmer ou d’infirmer une intoxication au plomb.

  • Une concentration supérieure à 50 µg/l (microgrammes de plomb par litre de sang) est le signe d’une intoxication et fait l’objet, pour les enfants de moins de 18 ans, d’une déclaration obligatoire de saturnisme infantile auprès des autorités sanitaires (ARS).
  • Une concentration située entre 25 et 49 µg/l correspond au seuil de vigilance. Un suivi de l’enfant est organisé par le médecin traitant (suivi régulier de la plombémie) et des mesures hygiéno-diététiques s’appliquent pour diminuer l’exposition.