Accouchement en Ile-de-France : lancement d’une cellule régionale pour l’accompagnement des femmes enceintes sans inscription en maternité

Actualité
Santé publique Offre de soins

Face aux tensions sur les capacités d’accueil dans les maternités en Ile-de-France, notamment à l’occasion de la période estivale, l’Agence active aujourd’hui une cellule d'aide à l'inscription en maternité et au suivi de grossesse. Cette cellule aura pour objectif d’accompagner les femmes enceintes dans leurs démarches d’inscription en maternité et/ou dans un parcours de prise en charge.

Des tensions importantes sur les capacités d’accueil et de prise en charge dans les maternités en Ile-de-France

La région Ile-de-France connaît actuellement des tensions sur les ressources humaines en périnatalité. Elles sont particulièrement importantes au sein des établissements de santé (services de gynécologie-obstétrique et de néonatalogie). 

Ces tensions concernent toute la région mais sont plus marquées sur certains territoires de la région. Elles engendrent des réductions de capacité de l’offre de soins en périnatalité : baisse du nombre de lits d’hospitalisations (maternité et néonatalogie), réduction de la capacité d’inscription pour les accouchements, réduction de l’offre pour le suivi prénatal…

Pour répondre à la situation, l’Agence a mis en place un plan régional pour apporter des réponses concrètes aux futurs et jeunes parents en Ile-de-France. Parmi ces mesures, l’Agence lance une cellule d’appui aux femmes sans solution.

Une cellule d’appui aux femmes sans solution en Ile-de-France lancée en région

Pour sécuriser les parcours des patientes et réduire les inégalités d’accès aux soins face à cette situation, l’Agence lance aujourd’hui une cellule d’appui aux femmes sans inscription en maternité et/ou sans suivi médical (AIMA-IDF).

Cette cellule est accessible directement par les femmes enceintes soit :

  • via un formulaire AIMA en ligne 
  • soit par téléphone 01 44 02 00 70 (du lundi au vendredi de 9h à 17h)

Elle permettra aux femmes sans solution d’être orientées vers un professionnel de santé qui assurera leur accompagnement durant la grossesse et/ou un lieu de prise en charge de leur accouchement.

Chaque dossier sera analysé puis traité par la cellule. Les femmes peuvent être contactées pour affiner les réponses au formulaire.

Concernant les demandes d’inscriptions, les maternités seront sollicitées une fois par semaine. Les demandes seront renouvelées à différentes maternités de la région en tenant compte de la proximité et de la situation personnelle des femmes.

Dès qu’une maternité acceptera une demande, la cellule appellera la femme pour valider avec elle l’orientation. La maternité prendra directement contact avec elle pour fixer un premier rendez-vous.

Concernant le suivi de grossesse, la cellule orientera la femme vers un professionnel disponible en lui communiquant les coordonnées avec la plateforme de prise de rendez-vous le cas échéant.

Une cellule d’appui qui repose sur un réseau d’acteurs franciliens

Portée par l’Agence et mise en place en urgence pour répondre à la situation régionale, cette cellule s’appuie sur l’ensemble de la communauté des professionnels de la périnatalité.

L'Agence s’appuie sur 78 établissements de santé franciliens afin d’orienter les femmes sans solution d’inscription vers des maternités ayant des places disponibles et adaptées à leur situation.

Les professionnels de ville et les différents services de PMI présents au sein de chaque département sont également mobilisés pour assurer la prise en charge du suivi de grossesse et des situations post-partum identifiés via la cellule AIMA.

En parallèle, des actions d’informations sur le dispositif sont portées par les acteurs associatifs et publics intervenant dans le champ de la santé et de la périnatalité pour repérer les personnes en difficulté et les orienter vers cette cellule. 

L’Agence travaille avec les réseaux de périnatalité, les caisses primaires d’Assurance maladie, les services départementaux de PMI, les associations pour assurer la valorisation de ce dispositif auprès des professionnels de santé et des femmes enceintes et notamment celles en situation complexe et de la région.

Une première évaluation de la cellule pour identifier les besoins, les freins et les leviers aura lieu à l’issue des trois premiers mois de fonctionnement.

La mise en place de la cellule AIMA-IDF n’a pas vocation à se substituer aux organisations habituelles mais bien de venir en appui dans un second temps aux femmes et aux professionnels de santé. Elle s’inscrit dans un cadre plus global de mesures portées par l’Agence afin de répondre à ces tensions qui risquent de perdurer après la période estivale. 

Aller plus loin

Mots clés