La santé avance en Île-de-France

Accès aux soins : l’ARS Île-de-France a renforcé ses actions et les moyens engagés en 2018

Communiqué de presse
Visuel
Bilan pnas 2018
L’Agence régionale de santé Île-de-France dresse un premier bilan positif des mesures mises en place en faveur de l’accès aux soins dans « Renforcer l’accès aux soins en Île-de-France : point d’étape à fin 2018 ». Ce document témoigne de l’intensification de la territorialisation des actions de l’ARS, qui tiennent mieux compte des spécificités des territoires et de leurs acteurs.
Corps de texte

« Renforcer l’accès aux soins en Île-de-France : point d’étape à fin 2018 » dresse un bilan exhaustif des différentes actions menées par l’ARS Île-de-France, en lien avec ses partenaires, dans le cadre du Plan national de renforcement de l’accès aux soins lancé fin 2017, puis du plan Ma Santé 2022 depuis septembre 2018.

L’ARS Île-de-France rappelle à travers ce document que le renforcement de l’accès aux soins est l’une de ses principales priorités. Cette volonté vient du constat que les conditions d’accès à des professionnels de santé, en particulier à des médecins généralistes, se sont largement dégradées en quelques années. L’Île-de-France est même la région qui compte le plus d’habitants n’ayant pas accès à un médecin de façon satisfaisante. Cette problématique, qui touche aussi bien les zones rurales que les zones densément peuplées, s’explique par plusieurs facteurs, dont une baisse de l’attractivité due au coût du foncier. 

Renforcement de la présence médicale et soignante et structuration de l’offre de soins de proximité

Pour inverser la dynamique de démographie médicale, les mesures mises en place sont nombreuses, à l’image d’accompagnements financiers et méthodologiques de l’Agence et de ses partenaires. L’aide à l’installation et au maintien des professionnels de santé constitue un élément central et peut prendre différentes formes :

  • L’identification des zones dans lesquelles il est nécessaire d’inciter les professionnels de santé à s’installer.  Selon le « zonage médecins » défini début 2018, 76% des Franciliens vivent ainsi dans des zones où les médecins peuvent être éligibles à des aides financières.
  • Le financement des nouvelles fonctions d’assistants universitaires de médecine générale, d’assistants partagés ville-hôpital, d’assistants spécialistes partagés ou encore d’infirmières en pratique avancée.
  • Le renforcement de l’exercice en structures collectives et de l’exercice coordonné à travers les aides financières proposées aux centres de santé, aux maisons de santé pluriprofessionnelles et aux cabinets de groupe par l’ARS, et ses partenaires, notamment l’URPS Médecins Île-de-France dans le cadre d’un protocole d’accord avec l’Agence.
  • La constitution de communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), par les acteurs de terrain eux-mêmes, avec le soutien de l’ARS.

Le renforcement de l’accès aux soins passe également par le développement du numérique en santé, notamment avec la téléconsultation – dont le programme national ETAPES (Expérimentations de télémédecine pour l’amélioration des parcours en santé) – et avec le déploiement de projets e-Parcours pour optimiser et accompagner l’organisation des professionnels sanitaires, sociaux et médico-sociaux d’un territoire.

L’Agence rappelle via ce bilan l’importance de co-construire les différents projets et dispositifs entre institutionnels et acteurs de terrain afin de les adapter aux caractéristiques de chaque territoire. Il s’agit ainsi de territorialiser son action, de faire confiance aux acteurs, et de susciter et soutenir leurs initiatives.

Dans le cadre de « Ma Santé 2022 », de nouvelles mesures se mettent en œuvre et seront progressivement enrichies.